AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -44%
Compresseur digital programmable Michelin 12V – ...
Voir le deal
44.99 €

Partagez

(diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? Vide
(diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? Vide
(diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? Vide
(diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? Vide
 

 (diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aphria M. Ysley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre pourquoi ce monde est si obnubilé par l'amour.
Faites place à la vedette
Aphria M. Ysley
J'ai posé bagages ici le : 29/01/2014 Jouant le rôle de : Maléfique #teamsleepingbeauty. Nombre de messages : 739 On me connait sous le pseudo : Kikiwette aka Juliette. Un merci à : Vava : @roseadasio & Sign : @bazzart Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Angelina Jolie.
MessageSujet: (diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? (diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? EmptySam 14 Mar - 21:15



Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ?
Diablo & Aphria


Tu ne sais pas ce qui est le pire. Le fait que ce soit le quatrième café que tu bois, la septième cigarette que tu fumes depuis ce matin, Diablo qui t'a avoué ses sentiments cachés pour toi ou bien le fait que depuis le soir où tu as rejeté ses avances, il n'est pas revenu travailler à la boutique. Préférant rester enfermé dans sa chambre comme l'un de ces insupportables adolescents boutonneux en pleine crise de d'adolescence. Et tu n'as besoin de ça en ce moment. Tu as d'autres choses à faire et à penser pour avoir le temps de t'occuper de ses histoires de cœur. D'ailleurs pourquoi ce m'est-il dans des états pareils ?! Tu l'as rejeté et après. Il y a pas de quoi en faire toute une histoire où bien même toute une maladie. Il en retrouvera une autre c'est pas les jolies filles qui manquent ici. Non franchement, tu ne comprends pas son comportement. Tu ne le comprends plus tout court en fait. Il a bien changé depuis l'autre soir. Faut dire que tu n'y es pas allé de main morte pour lui faire comprendre que ses sentiments amoureux à ton égard t'étaient totalement et absolument égal. T'as vraiment été dur avec lui, mais sur le coup, t'as pas trop réfléchi. Tu n'as pensé un instant que tes paroles si dures à entendre auraient pu lui faire mal. Tu es incapable de réfléchir correctement lorsque ton esprit est embrumé de déception et de colère. Dans ce cas là, tu n'es plus toi même et tu as vite oublié que l'homme en face de toi était ton bel oiseau - ton Diablo.
Ton seul, véritable et unqiue ami. Un ami c'est tout ce qu'il est et qu'il sera pour toi. Tu ne peux pas le voir autrement que tel. Jamais tu n'as ressenti et ne ressentira un quelconque sentiment même infime pour lui - pas comme lui pour toi. Et tu te demandes bien comment c'est possible ?! Comment il a pu tomber amoureux de toi alors que tu es la dernière personne avec laquelle on peut espérer vivre quelque chose d'exceptionnelle à deux. T'ignores absolument tout des sentiments humains, de l'amour, de la tendresse et du plaisir de venir en aide à autrui si ce n'est pas dans ton propre intérêt. T'es une putain de sans-cœur, une salope sans état d'âme et une garce qui aime se repaître du malheur des autres. Alors comment ?! Comment a t-'il pu éprouver pour toi le moindre sentiments amoureux ?! C'est à n'y rien comprendre.
Faut croire que passer tant de temps avec la même personne peut faire naître des sentiments de ce genre. Toi ça t'arrivera sans doute jamais, mais pour ton corbeau ça a fini par arriver. Malheureusement pour lui, c'est tombé sur la mauvaise personne. Et en vu des circonstances actuelles, il aurait mieux valu qu'il ne te dise rien du tout. N'est en moins, tu soulignes son courage de t'avoir déballer la vérité. Parce qu'il en faut du courage pour annoncer à une réfractaire comme toi qu'on est amoureux d'elle. Quoi qu'il en soit, tu cesses d'y penser en venant passer une main dans ta belle crinière d'ébène, alors que tu viens écraser ton mégot de cigarette dans le cendrier. T'as envie de rentrer à la maison. Faire sortir définitivement Diablo de sa chambre afin de pouvoir clairement t'expliquer avec lui. Il faut que tout ça cesse. Tu n'en peux plus de supporter sa sale humeur. Tu as déjà la tienne à gérer en plus de gérer la tentative de suicide de Talie toujours à l'hôpital. Alors, tu n'as besoin de la sienne. Et puis, il faut qu'il comprenne une bonne fois pour toute que ce n'est pas parce que tu n'éprouves pas les mêmes sentiments à son égard que tu ne l'aimes pas. Bien sûr, ta vue sur lui à changer et ta déception est toujours présente dans ton cœur, mais malgré tout tu l'adores. Debout, tu remets un peu d'ordre dans ton bureau, ranges les dossiers administratifs dans les pochettes appropriées avant d'attraper ton sac à main et de sortir de ton bureau que tu fermes à clé. Avant de partir tu fais signe à Khadija que tu t'en vas et de ne pas oublier de fermer la boutique tout à l'heure.
Au pire, si elle oublie, tu iras toi-même fermer la boutique où tu demanderas à l'un de tes hommes d'y aller à ta place - peu importe. Et puis, tu sors. Dehors, tu attends sur le trottoir droite, les yeux droit devant l'horizon. C'est alors qu'une belle et somptueuse berline aux vitres teintées se gare juste devant toi. Tu montes à l'intérieur du véhicule sans dire un mot. Seule une épaisse fumée s'échappe de tes lèvres charnues rouges carmins. Arrivée à destination, tu n'attends pas que ton chauffeur vienne t'ouvrir la portière que, tu es déjà devant la porte du Loft, que tu pousses d'un geste franc et humble. À l'intérieur, tes hommes t'accueillent l'un après l'autre pour te saluer et te demander comment s'est passée ta journée. ø Diablo est sorti de sa chambre aujourd'hui ?! Leur demandes-tu d'une voix froide, ton regard émeraude plongé dans les leurs. Ils se regardent tous et n'osent pas te répondre, mais l'un d'eux, s'avance devant toi, prend son courage à deux mains et ose prendre la parole sous ton regard assassin. ø Non Maîtresse. Il n'est pas sorti une seule fois de toute la journée.
À ces mots, tu poses ton sac à main dans un coin et entreprend l'ascension des marches d'escalier. En haut, tu entends de la musique provenant de la chambre de ton corbeau. Le son est si assourdissant que tu l'entendais déjà depuis en bas des marches. T'espère qu'il t'entendra l'appeler de l'autre côté de la porte. Quoi qu'il en soit, tu commences par toquer plus où moins fort. Puis d'autres coups un peu plus fort cette fois-ci. Et comme tu vois que ça n'a aucun effet, tu décides de mettre de la voix. Peut être se rendra-il compte que quelqu'un essaye de l'appeler. Et quand il entendra le son de ta voix, il sera obligé de te répondre. Du moins, tu l'espères. ø Diablo ! Hurles-tu en toquant violemment à la porte de sa chambre. Diablo ! Ouvre-moi cette porte tout de suite. Il faut que nous ayons une petite discussion toi et moi. Croisant les bras, tu attends qu'il daigne à t'ouvrir. Ce n'est pas vraiment une petite discussion que vous aurez, mais plutôt une grande discussion. Qui sans doute, tournera en dispute, mais qu'importe. Il faut absolument que tu mettes les choses au clair avec lui et lui rappeler qui commande dans cette maison. Ce n'est parce que tu lui as brisé le cœur qu'il peut se permettre tout est n'importe quoi - et sûrement pas te snober. Comme il snoberait une cliente de la boutique où un inconnu dans la rue qui viendrait lui demander si il n'a pas une cigarette à lui donner. Tu es sa Maîtresse. Celle à qui il doit tout, mais surtout. Celle à qui il doit le respect et la vie.

©TENNESSEE.


Comment est-ce que tu peux penser que tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi-même je me déteste ? Pourquoi t'es là ? Pourquoi tu restes ?
(diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? BjFY


Dernière édition par Aphria M. Ysley le Mar 19 Mai - 21:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? (diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? EmptyLun 4 Mai - 19:08


POURQUOI T'ES LA, POURQUOI TU RESTES ?

APHRIA & DIABLO


and even as I wander I'm keeping you in sight, youre a candle in the window on a cold, dark winters night and I'm getting closer than I ever thought I might. I can't fight this feeling anymore, I've forgotten what I started fighting for, it's time to bring this ship into the shore and throw away the oars. Baby, I can't fight this feeling anymore — reo speedwagon.

Tu la détestais. Tu te sentais pourrir sous la colère et la jalousie, depuis qu'elle t'avais repoussé. Tu avais passé des jours entiers enfermés dans ta chambre, à marmonner et te tordre le cœur dans tous les sens, pour le faire parler, le faire souffrir. Tout ça était de sa faute, de sa faiblesse débile et de son incapacité de rester de marbre. Oui, tu pouvais te haïr pour tout ça, mais pourtant tu ne pouvais t'empêcher de lui en vouloir à elle, aussi, pour la toute première fois de ta vie. Tu lui en voulais ses charmes, sa beauté, sa voix douce et ses faux espoirs qu'elle te glissait chaque jour, tu lui en voulais pour la façon dont elle te traitait, cette âme qu'elle t'enlevait, en te jugeant pour tes sentiments. Comme si tu étais un animal, comme si tu ne pouvais pas être humain. Tu lui en voulais de son refus, de son incompréhension et de sa barricade immédiate, toi qui aurait peut-être pu la faire changer d'avis. Mais c'était trop tard maintenant,et tu fulminais dans un coin de ta chambre, hurlant à la lune des mots muets qui te raclaient la gorge, incapables de sortir. Tu aurais voulu de cet empire  magnifique à ses cotés, elle aurait été ta reine et tu l'aurais aimé comme personne. Mais c'était non, alors quoi ? Comme toujours tu devais être de ceux qui devaient plier, et devait se faire oublier. Cloîtré dans ta chambre, ravalant ta fierté, tes pensées te torturant nuit et jour et te retournant l'estomac. Qu'est-ce que ça pouvait faire après tout ? Tu te sentais trahis, abandonné, et seul comme jamais. Pour la première fois de ta vie, tu haïssais ton propre camp, et tu en souffrais, énormément. Tu connaissais l'exagération humaine concernant le cœur brisé. Mais t'avais toujours cru qu'il s'agissait d'une métaphore, d'une image qui n'avait aucun lien physiologique...  Tu ne t'attendais donc pas à ressentir cette douleur dans la poitrine. La nausée, oui, la boule dans la gorge, oui, les larmes brûlantes dans les yeux, oui. Mais pas cette sensation que quelque chose se déchirait dans ta cage thoracique.

Seulement voilà, depuis quelques jours, tout était différent. Tout s'était passé très vite, après que tu te sois décidé à sortir un soir, afin de te bourrer la gueule dans le bar le plus proche. Mais voilà, tout ne s'était pas vraiment passé comme prévu. Il avait fallut que ce connard de blond se ramène et te dragouille gentiment, sans le moindre remord. Et dans ta rage et ta tristesse, t'avais pas réfléchis plus que ça, et tu lui avais sauté dessus. Vous aviez passé la nuit entière à vous oublier dans les bras l'un de l'autre, et le lendemain, tu t'étais réveillé changé, surpris, plus si méfiant que ça. A tel point que t'avais même accepté une sortie au cinéma. T'avais pas d'explication sur ce qui se passait ses derniers temps, t'avais toi même du mal à le comprendre. Philippe était… Différent. Détestable, crétin, énervant comme jamais, mais différent. Sans doute ne t'étais-tu jamais entendu rire depuis ces quelques jours, pas d'un rire noir et malpropre, d'un véritable rire, un rire sincère et non-joué. Tu ne comprend pas vraiment pourquoi mais tu aimais passer du temps avec lui, malgré toute la haine que tu t'étais persuadé de ressentir pour lui. Mais les faits étaient là : tu passais plus de temps avec Philippe qu'avec ta propre maîtresse, à laquelle tu n'adressais plus la parole depuis votre soirée tournée au drame.

Ce soir là, lorsque tu te glissas par la fenêtre de ta chambre, afin d'y entrer, la musique laissée à son volume maximum tournait encore. Tu posas une main sur le post radio bouillant, le baissant légèrement en soupirant, retirant ta veste de cuir et tes chaussures imposantes, retrouvant ta solitude presque cruellement après cette journée avec Philippe… Si proche… Mais la voix jaïssante de ta maîtresse, derrière la porte, vient rompre tes pensées que tu surprends presque rêveuses. Derrière ce ton enragé, tu devines la naissance prochaine d'une dispute, et cette perspective te fatigue déjà. Ces derniers temps, tu te sens déséquilibré, et tu ne sais plus vraiment quoi penser. Tu ne sais plus qui tu dois blâmer, lorsque ton alliée de toujours te fait souffrir, et ton pire ennemi t'offre la chance de retrouver le sourire. Tu es paumé, mais tu n'as pas vraiment le choix. Tu sais que si tu n'ouvres pas, elle défoncerait cette porte coûte que coûte, tu la sais parfaitement capable. Alors, tu viens tourner la clé dans la serrure et tu ouvres lentement la porte, plissant les yeux. « Une discussion, n'est-ce pas ? Vous voulez dire, un monologue pleins de réprimandes de votre part pendant que j'hoche la tête comme un idiot et vous baise les pieds ? » Tu es en colère, oui, contre elle, contre toi aussi, contre ta faiblesse et ta vie cloîtrée. « Je ne suis pas sûr que ce soit vraiment une bonne idée. » Tu as l'impression d'étouffer, tu as besoin d'étendre tes ailes : courtes, mais assez puissantes pour t'élever dans les airs, et retrouver une seconde la possibilité de choisir, et de soulager ton cœur qui te fait mal.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


Revenir en haut Aller en bas
Aphria M. Ysley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre pourquoi ce monde est si obnubilé par l'amour.
Faites place à la vedette
Aphria M. Ysley
J'ai posé bagages ici le : 29/01/2014 Jouant le rôle de : Maléfique #teamsleepingbeauty. Nombre de messages : 739 On me connait sous le pseudo : Kikiwette aka Juliette. Un merci à : Vava : @roseadasio & Sign : @bazzart Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Angelina Jolie.
MessageSujet: Re: (diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? (diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? EmptyDim 17 Mai - 21:39



Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ?
Diablo & Aphria


Tu fulmines. Et si on regarde bien on pourrait presque voir de la fumer te sortir par les oreilles. T'es plus qu'à deux doigts de faire défoncer cette saleté de porte. Diablo a mal choisi son soir pour jouer avec tes nerfs. Et tout ça pour quoi au fait ?! Parce que t'avais refusé d'éprouver les mêmes sentiments que lui à ton égard. Mais bordel ! A quoi est-ce qu'il s'attendait au juste ?! Tu es Maléfique. Celle pour qui le mot "amour" n'a aucun sens et n'en aura sans doute jamais. Celle qui crache sur les sentiments humains et en particulier celui-ci. Un coeur ?! Tu n'en as pas. Seulement une pompe gelé qui bat dans ce corps fait de chair et d'infamie. Tu n'es pas née pour aimer où être aimée, mais bien pour haïr et être haït; juste ici-bas pour semer le chaos et la désolation. Tu n'es pas faite pour l'amour et toutes ces conneries dans le genre-ci.
Tu n'as pas le droit d'être amoureuse. Enfin ... ce n'est pas que tu n'as pas le droit; c'est que tu ne peux pas nuance. En fait, tu considères l'amour comme une faiblesse; une chose avec laquelle on pourrait facilement te faire du mal. Et tu ne veux pas qu'on atteigne de cette manière. Si l'amour t'a déjà tué une fois, elle peut très bien recommencer. Tu ne hais pas l'amour; tu la crains. Tu ne sais absolument pas quel impact elle pourrait avoir sur toi si jamais, tu venais à tomber amoureuse. Déjà que tu es excessivement possessive, alors tu n'oses imaginer dans l'état que tu serais en étant amoureuse. Peut-être te rendrait-elle encore plus exécrable que tu ne l'est déjà. Où alors, peut-être t'adoucirait-elle - un mal pour un bien.
Tu ne sais pas du tout; et tu n'es absolument pas chaude pour tenter l'expérience. Un jour peut être céderas-tu et laisseras-tu ton corps te guider en terre inconnue, mais pour l'instant tu ne tiens pas  à perdre un où plusieurs membres en route. Venant passer tes doigts dans ta chevelure d'ébène; ta colère continue de mon monter en flèche. Et alors que tu étais sur le point de d'hurler à tes hommes de venir défoncer cette porte; tu la vois qui s'ouvre d'elle-même. Lentement, tu vois y sortir Diablo les yeux plissés. Tu imites son geste. Il n'est pas le seul à être énervé ce soir et si il croit que son regard va changer quelque chose; c'est qu'il est à milles lieux de te connaître aussi bien qu'il le prétend. Tes bras se croisent.
Tu n'aimes pas beaucoup le ton qu'il prend; si ça aurait été Talie, il y a belle lurette qu'elle se serait prise une gifle magistrale; mais tu te refuses à porter la main sur lui. Tu es bien incapable de lui faire du mal. Il reste malgré tout ton corbeau; le seul ami que tu n'as jamais eu. Et ça t'énerve; ça t'attriste que vous ayez pu en arriver là. Tu le hais autant que tu peux t'haïr toi. L'amour qu'elle garce. Tu ne pensais pas qu'elle irait jusqu'à te voler le seul être vivant pour qui tu as eu un jour,  rien qu'une fois de la compassion. « Non, je parle d'une discussion constructive entre deux adultes responsables et réfléchis, mais vu comme c'est partie ça ressemblerait plus à une dispute entre une mère et son fils. » Par moment, t'as vraiment l'impression d'être une mère en train d'engueuler son adolescent; parce que celui-ci se serait pointé avec un bulletin misérable où après avoir dépassé le couvre-feu imposé.
Mais t'es pas sa mère, mais sa Maîtresse - celle à qui il doit sa vie toute entière; et t'aimerais bien qu'il arrête de l'oublier. Ça te ferait vraiment chier de devoir le lui rappeler en utilisant des mots qui dépasseraient ta pensée. « Peux-tu me dire où étais-tu passé ces derniers jours ?! Alors que j'avais besoin de toi à la boutique. Tu crois sans doute que tu peux disparaître comme ça du jour au lendemain sous prétexte que tu as le cœur brisé. Ressaisis-toi Diablo et vite ! » T'es pas tendre avec lui, mais c'est pour qu'il se ressaisisse. Qu'il ne se laisse pas aller à son chagrin et à sa colère. Et encore là ça va, t'aurais pu aller plus loin, mais tu fais tout ton possible pour te contenir - tu ne tiens pas à faire éclater ta colère. En tout cas, t'espères ne pas la faire exploser ce soir. Rien n'est moins sûr de ce côté-là.

©TENNESSEE.


Comment est-ce que tu peux penser que tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi-même je me déteste ? Pourquoi t'es là ? Pourquoi tu restes ?
(diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? BjFY
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? (diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(diaphria) Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi même je me déteste ? Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-