AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

I keep going to the river to pray ✤ SASHA Vide
I keep going to the river to pray ✤ SASHA Vide
 

 I keep going to the river to pray ✤ SASHA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: I keep going to the river to pray ✤ SASHA I keep going to the river to pray ✤ SASHA EmptyDim 15 Mar - 0:03

I keep going to the river to pray.
sijjad & sasha

Tu savais que ta vie n’était pas des plus parfaite, ou du moins, tu commençais tout juste à t’en rendre compte. Cela faisait un peu plus de deux ans que tu étais arrivée ici à Fantasia et tu pensais que tu étais heureuse. Tout allait bien pour toi, mis à part le fait que tu ne pouvais pas voler, tu avais à peu près tout ce que tu avais toujours souhaité. Auparavant, tu n’étais qu’un vulgaire objet, il y avait eu un début à tous. Des centaines d’années plus tôt Merlin t’avais d’abord donné vie, mais on t’avait vite rangé dans cette caverne pour un autre laps de temps qui te semblas être une éternité. Quand Aladdin t’avais découvert, tu avais tout de suite sût que tu serais son amie. Il t’avait sauvé la vie, tout avait changé à la seconde où il était apparu dans la lumière. Depuis ce temps, tu détestais tout ce qui était noir, tu avais même enlevé toutes les serrures dans ton loft sauf celle de l’entrée par peur de t’enfermer à quelque part. Oui, on pouvait dire que tu étais claustrophobe, tout ça par le plus grand malheur de ta vie. Ensuite, en arrivant ici, tu t’étais transformée. En femme en plus de cela. En réalité, tu ne savais pas vraiment quel était ton sexe à Agrabah, tu croyais plutôt que tu n’en avais pas. C’était pour cela que tu arrivais encore mal à te faire à ton nouveau statut. Tu prenais beaucoup de temps à te préparer pour te mettre belle, te maquillant et te coiffant. Tu mettais presque des robes puisque c’est ce que tu avais appris qui était le plus féminin à ton arrivée ici. Au moins, tu pouvais te dire que tu essayais de la bonne manière parce que tu n’avais jamais l’air grotesque. En plus, tu avais travaillé quelques mois dans un Sephora avant de décidé de partir ta propre compagnie d’envoi de cosmétique à la maison. Ta compagnie était très lucrative, vous receviez des nouvelles inscriptions à tous les jours de femme qui voulaient essayer tous les produits que tu avais préalablement choisis.

Là où tout se corsait, c’était en ce qui concernait l’autre partie de ton « sexe ». On attendait beaucoup de toi, tu pouvais souvent ressentir les regards envieux des hommes lorsque tu passais dans la rue. Tu te faisais belle, tu aimais qu’on te regarde, mais pourquoi? Tu ne le savais pas trop, d’autant plus que tu ne t’étais jamais intéressée au sexe masculin, voire féminin. Tu savais que les envies existaient, tu le voyais bien dans les paroles de ceux qui t’abordaient, mais tu ne l’avais jamais vécu. Du moins, jusqu’à très, très récemment. C’est à partir de ce moment-là que tu te demandas si tout était aussi parfait dans ta vie que tu voulais le croire. Il y avait eu le regard incrédule d’Aladdin sur ton corps quand tu te dénudais pour prendre une simple douche. Il te criait souvent de ne pas faire ça, mais toi tu l’avais toujours considéré comme un ami, voire un frère. Puis, il y avait quelque chose qui avait changé entre vous deux. Il y avait une chose que tu aurais finalement souhaité ne pas voir, parce que tu ne savais pas qu’il pouvait y avoir quelque chose en Aladdin qui pouvait te faire rougir. Tu ne rougissais pas, avant. Rien ne te gênais, encore moins te mettre nue devant lui! Ça avait été différent quand les rôles avaient été inversés et depuis, tu te disais qu’il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond chez toi. Aujourd’hui, tu avais décidé de sortir du loft alors que tu avais congé car tu ne voulais pas l’affronté. Quand est-ce que tu avais fuis ton ami? Jamais.

Tant de choses qui changeaient, tu n’aimais franchement pas ça. Tout allait mieux avant, quand tu n’étais pas consciente des gens qui t’entouraient. Tu voulais te ressourcer, oublier ce que tu avais pu penser en le voyant. Le soleil brillait encore quand tu avais mis les pieds dehors, décidant que prendre l’air était la meilleure solution pour te changer les idées. Tu avais aussi opté pour des pantalons de sports, ce qui n’était pas rare lorsque tu décidais de courir. C’était le seul moyen que tu avais de ressentir une sensation comme celle que tu avais de voler. Tu t’étiras, remontant un peu ta queue de cheval avant de commencer ta course, ajustant ton souffle à la musique qui jouait dans tes oreilles. Tu préférais toujours écouter des mix faits sur Songza, puisque tu n’écoutais pas les mêmes choses ainsi. Tu choisis un mix expressément conçu pour courir et tes pieds frappaient le sol avec élégance et avec force. Les minutes passèrent, tu commençais à avoir chaud et tu suais un peu sur le front quand un éclair déchira l’air ambiant. Tu t’arrêtas, surprise de ne pas avoir remarquée plus tôt que le ciel était désormais d’un noir menaçant. Tu en profitas également pour observer les alentours, te rendant compte que tu n’avais aucune idée d’où tu te trouvais. Au moins, tu reconnus la couleur des panneaux et tu sus que tu étais encore dans le bon quartier. Tu faisais face à un immense building que tu n’avais jamais remarqué avant aujourd’hui. En fait, tu vivais plus dans la partie ultra-récente du quartier. Quand tu regardais l’endroit, tu te disais que tout étais vieux. Les pierres, les hautes tours qui se terminaient par des croix. Tu n’étais pas croyante, mais tu savais au moins reconnaître ce signe que tu avais déjà vu autour du cou des gens. La pluie se mit à tomber et tu courus te réfugier à l’intérieur de l’église. Tu arrêtas ta musique en entrant, le roulant autour de ton téléphone pour le mettre dans les poches de ta veste. Tu levas les yeux dans les airs, la bouche entrouverte en observant les vitraux de couleurs des plus différentes. Celles-ci possédaient des images, mais tu ne savais pas ce qu’elles tu étais tellement concentrée que tu ne remarquas pas que quelqu’un se rapprocha de toi. « Wow… » Soufflas-tu, émerveillée.


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Revenir en haut Aller en bas
Sasha-Maé Fleur Skunk

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: aider mon prochain.
Faites place à la vedette
Sasha-Maé Fleur Skunk
J'ai posé bagages ici le : 15/11/2014 Jouant le rôle de : la mouffette – fleur. #teambambi. Nombre de messages : 64 On me connait sous le pseudo : olympe. Un merci à : tearsflight (ava) hedgekey (signa) wild heart. (code rp). Je suis fier(e) de porter l'avatar de : sam claflin.
MessageSujet: Re: I keep going to the river to pray ✤ SASHA I keep going to the river to pray ✤ SASHA EmptyJeu 19 Mar - 9:35



I KEEP GOING TO THE RIVER TO PRAY.


Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre et l’assejutissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. Et Dieu dit : Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture. Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi. Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le sixième jour. Ce passage de la Genèse, tu le connais par cœur. Tu le relis très souvent, le soir, avant de t’endormir. C’est comme une vieille habitude, comme un besoin. Ça t’apaise, ça t’aide à trouver le sommeil l’esprit léger pour te réveiller le lendemain à nouveau plein de bonne volonté. C’est un moment privilégié pour toi, comme le temps de la prière. C’est une communion essentielle à ton bien-être. C’est un peu comme faire le tri dans toutes ces pensées qui s’emmêlent et s’embrouillent à ton esprit. Tu aimes Lui parler, Lui dire ce qui te pèse et ce qui a embelli ta journée. Ce qui fait que tu Lui es reconnaissant pour cette vie qu’Il t’a offert. Ce serait égoïste de ta part de ne pas Le remercier, de ne pas Lui montrer toute ta gratitude. Parce que même si tu sais que tu n’es pas entièrement à ta place dans cet univers, tu trouves le réconfort dont tu as besoin dans Sa parole, dans ta religion. Certaines personnes ne sont pas capables de comprendre comment tu peux croire en quelque chose que tu ne peux pas voir, que tu ne peux pas toucher ; mais c’est en cela qu’ils se trompent – tu Le vois. Il est là, avec toi et même si tu ne peux pas Le toucher réellement, tu sens Sa présence partout tout autour de toi. Il t’accompagne dans chacun de tes pas. Tu n’as pas besoin de preuve tangible ou de contact physique avec Lui parce que tu crois en Lui. Tu crois en Dieu. Et ta foi t’aide à ne pas flancher, à ne pas douter. Te raccrocher à ces croyances t’aide à avancer. Et si on venait à t’enlever ça, à t’enlever cette partie de toi, alors tu t’effondrerais. Tu n’aurais pas la force de suivre ton chemin. Ce serait comme perdre un morceau de ton être, un bout de ton âme. Est-ce eu c’était possible de se perdre soi-même ? Probablement. C’était ce vide que tu avais ressenti à ton arrivée ici, avant qu’Il ne t’aide à cicatriser les plaies béantes.

Dans quelques semaines, vous fêterez la Résurrection du Christ. Pour l’occasion, le Père t’a confié l’organisation de la grande messe prévue le dimanche de Pâques et c’est un véritable honneur pour toi de pouvoir officier en ce jour saint. C’est la première fois que tu auras une telle responsabilité et tu te mets beaucoup de pression sur les épaules car c’est un moment que tu ne voudrais pas gâcher. Que tu ne dois pas gâcher. Alors assis derrière l’autel de la Saramon Church, à l’abri des regards de ceux entrant dans la maison de Dieu, tu travailles sur ton sermon avec une passion toute nouvelle et avec plus d’acharnement que jamais. Tu aimes bien venir ici pour réfléchir, pour écrire ; c’est comme si l’endroit te rendait encore plus proche de Lui. Comme si tu Le laissais pleinement guider ta main sur le papier. Et tu sais que tu ne seras jamais dérangé, les croyants et les visiteurs n’ayant pas accès à cette partie de l’église en dehors des heures de communion. Parfois, tu les entends chuchoter des paroles indistinctes, tu entends le bruit des pièces qui tombent dans les urnes près des bougies qu’on allume. La plupart du temps, quand il arrive que l’église soit vide, tu en fais le tour et rallumes chaque cierge qui se serait éteint, comme si tu voulais que la prière de la personne puisse durer un peu plus longtemps. Tu sais que c’est important pour ceux qui le font, alors c’est important pour toi aussi. Aujourd’hui, Saramon Church a été plutôt tranquille et vide. Le silence et la paix régnant était presque surréaliste mais tellement bienfaisant que ça avait été comme être dans un autre monde, l’espace d’un instant. Aussi, quand tu entends soudain cette exclamation époustouflée, tu ne peux t’empêcher de sursauter, laissant ton crayon de papier tomber par terre sous la surprise. Pendant quelques secondes, tu restes immobile et complètement figé. Tu as la sensation d’être comme pris en faute. Souplement, tu te relèves pour observer une jeune femme qui tu ne reconnais pas. Elle ne doit pas être une habituée des lieux, et cette idée se trouve renforcée par ce regard fasciné qu’elle pose sur l’architecture de l’église. Cette vision amène un sourire un peu nostalgique sur tes lèvres – tu avais la même expression la première fois que tu es entré ici. La brune semble tellement absorbée dans sa contemplation qu’elle ne te remarque pas, pas plus lorsque tu sors de ta cachette pour te rapprocher d’elle à petit pas. « C’est magnifique, n’est-ce pas ? tu finis par lancer avec une certaine bienveillance dans la voix. C’est encore plus joli à voir lorsque le soleil filtre à travers les vitraux. Dommage qu’il pleuve aujourd’hui, parce que la lumière aurait reflété sur les pierres au sol et ça aurait été un tout autre spectacle. » Tu sais précisément à quelles heures de la journée tu peux voir cette danse de couleurs et, quand tu n’es pas occupé ailleurs, tu viens t’asseoir sur un des bancs de l’église pour la regarder pendant un long moment. Jusqu’à ce qu’elle s’efface lentement, comme un mirage. « C’est la première fois que vous pénétrez dans cette église ? »



take me to church
Ever since this began, I was blessed with a curse. And for better or for worse, I was born into a hearse – bmth.
Revenir en haut Aller en bas
 

I keep going to the river to pray ✤ SASHA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Bretzelburg Avenue :: Saramon Church-