AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -42%
PANDA Lit enfant cabane brut – Bois pin massif ...
Voir le deal
129.99 €

Partagez

(erogen) l'attrape-coeurs Vide
(erogen) l'attrape-coeurs Vide
(erogen) l'attrape-coeurs Vide
(erogen) l'attrape-coeurs Vide
 

 (erogen) l'attrape-coeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Emrys Flotsam Larsen

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: oublier.
Faites place à la vedette
Emrys Flotsam Larsen
J'ai posé bagages ici le : 27/02/2012 Jouant le rôle de : flotsam, un des sbires de la méchante ursula Nombre de messages : 1986 On me connait sous le pseudo : night sky. Un merci à : night sky. (ava) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : harvey newton haydon
MessageSujet: (erogen) l'attrape-coeurs (erogen) l'attrape-coeurs EmptyVen 3 Avr - 3:57

l'attrape-coeurs
feat. Eroz & Imogen

Pourquoi ressens-tu ce resserrement à l'intérieur de ton estomac? Pourquoi es-tu si nerveuse? Tu dois te calmer, ma belle. Tu n'es pas en train de commettre un crime, tu viens te renseigner à l'orphelinat, c'est tout. Et pourtant, tu as l'impression que tu n'as pas le droit d'être ici. Seth te l'empêcherait s'il était au courant. Alors pourquoi tu es là? Quelque chose à l'intérieur de toi te le commande depuis un bon moment déjà, et tu as décidé de tout simplement l'écouter. Tu fais peut-être une erreur en faisant ce choix. Tes mains tremblent comme pour t'avertir qu'il ne faut pas que tu tires sur cette porte, mais c'est plus fort que toi. Parce que derrière cette porte, il y a peut-être ton rêve qui se réalise. Un putain de rêve que tu n'as jamais voulu, mais qui vient maintenant t'harceler la cervelle à tout instant de la journée. Tu t'es rendu compte que tu avais besoin d'enfants dans ton quotidien. Tu te souviens, alors que tu n'étais qu'un petit poisson, les rires de Pinocchio qui inondaient la petite maisonnée et ses questions qui ne finissaient jamais, mais qui t'attendrissaient. Tu n'étais qu'un poisson à l'époque, et évidemment, tu n'avais aucun rêve et encore moins une envie d'élever des enfants. Mais tout change quand on devient humain. On se réveille avec des aspirations, des motivations, des réussites et des échecs, une destinée. Et toi tu as cru que Seth t'avait donné la tienne en t'offrant la vie que tu as aujourd'hui. Mais peut-être que ce n'est pas ça, finalement? Peut-être que ta place à toi, c'est à une table entourée d'enfants, pas un peu partout autour du monde à récolter des trophées. Tu ne sais plus. Et pour y voir plus clair, il n'y a qu'une seule solution. Tire sur cette porte, et tu verras. Peut-être qu'il y a ton futur à l'intérieur. Tu poses ta main délicatement sur la poignée, prête à ouvrir la porte. Puis soudain, il te revient à l'esprit. Lui, cet homme qui n'est encore qu'un inconnu pour toi. Eroz-Klaus White. À force de chercher, tu as finis par trouver son nom. C'est cet homme que tu croises parfois au parc. Tu n'avais pas compris pourquoi il était habituellement entouré d'enfants, et tu dois t'avouer que ça t'intriguait. Puis tu as compris que c'était le directeur de cet établissement, et c'est là que tu as compris que la solution était peut-être là. Tu as beau essayer de te convaincre qu'il n'est qu'un homme ordinaire, qu'il n'occupe tes pensées que parce c'est le directeur de l'orphelinat, il y a quelque chose que tu n'arrives pas à décoder de lui.

Tu entres d'un pas hésitant, mais tu essaies à tout prix de ne pas le faire paraître. Si tu es pour ouvrir un dossier d'adoption ici, tu dois avoir l'air confiante. L'endroit est chaleureux, convivial. Tu le sens dès ton entrée dans la salle de réception. Tu laisses la chaleur de l'intérieur t'envahir peu à peu, effaçant tranquillement le teint rosé de tes joues glacées. La secrétaire t'accueille avec un sourire aimable auquel tu réponds timidement. Tu n'arrives pas exactement à te décrire ce que tu ressens, mais tu as l'impression d'une certaine façon d'avoir trouvé ta place. Est-ce vraiment ça? Tu es loin d'en être certaine. C'est tout nouveau pour toi, ça, l'idée d'avoir des enfants. Tu n'y avais jamais songé aussi fortement qu'aujourd'hui. En fait, tu n'y avais jamais vraiment songé. Tu es nageuse professionnelle, c'est impossible pour toi de gâcher ton corps, nécessaire pour pratiquer ton métier, afin de  porter un enfant. Mais peu importe, maintenant cette idée t'obsède.  « Bonjour! Que puis-je faire pour vous? » Tu essaies de contrôler ta voix avant d'ouvrir la parole afin qu'elle ne tremble pas. Tu ne sais vraiment pas si tu fais la bonne chose, mais il est trop tard pour changer d'idée. « Je voudrais rencontrer le directeur. M.White, c'est ça? Oui, j'ai à faire avec lui. » Tu espérais pouvoir prendre un rendez-vous qui ne serait pas trop éloigné dans le temps, tu es donc agréablement surprise en entendant la secrétaire te répondre qu'il t'est possible de rencontrer le directeur dès maintenant. Ta nervosité monte tout de même d'un cran; tu ne croyais pas que les choses débouleraient aussi vite. Et voilà que la secrétaire t'indique le chemin du bout du doigt, et tes jambes se mettent en marche fébrilement. Tu trouves facilement la porte qui mène au bureau, une inscription affichant le nom du directeur sur une petite plaque. Tu prends une grande inspiration et, sans plus réfléchir d'avantage, lève le bras. Ta main refermée sur elle-même, tu cognes doucement sur la porte. Tu ne sais pas si tu as fais le bon choix de venir à cet endroit, et peut-être que tu auras à en subir les conséquences par la suite. Mais, en quelque part au fond de toi, tu souhaites que de l'autre côté de cette porte se trouve la clé de ton bonheur.
© night sky.


lightning strike
The world was on fire and no one could save me but you.It's strange what desire will make foolish people do.I never dreamed that I'd meet somebody like you
Revenir en haut Aller en bas
Odyssée Ariel Tysee

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: nager et cesser de me noyer.
Faites place à la vedette
Odyssée Ariel Tysee
J'ai posé bagages ici le : 10/01/2015 Jouant le rôle de : ariel, la sirène qui rêvait d'une vie d'humaine. #teamlittlemermaid Nombre de messages : 155 On me connait sous le pseudo : WEDNESDAY' (Cam). Un merci à : night sky (ava) ange (profil+citation+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : karen gillan, l'inimitable rouquine.
MessageSujet: Re: (erogen) l'attrape-coeurs (erogen) l'attrape-coeurs EmptyLun 27 Avr - 0:15


l'attrape cœurs.
C'est le printemps. Depuis sa fenêtre, il aperçoit sans mal les premières fleurs éclosent, et les herbes fraîches reprenant des couleurs. Assit sur le rebord, dans ses costumes impeccables, il reste silencieux à les observer durant des heures, l'air impassible. C’est le début de la saison et la nature reprend peu à peu ses droits sur le froid, qui reste pourtant austère et lutte encore. Les enfants bravent pourtant le vent sans la moindre hésitation, malgré les surveillantes qui les prient d'enfiler au moins un bonnet ou une écharpe. Eroz ne manque pas de les surveiller eux aussi, d'un œil protecteur, son ombre imposante à la fenêtre qui contrôle que les sourires de ses petits anges, ne finissent pas par s'évanouir. Il a pourtant des plaies dans le cœur lorsque le soleil vient doucement faire fondre la glace, car il prie en silence qu'elle fasse de même avec celle qui entoure son cœur, et l'empêche d'être heureux. Il jette un regard circulaire à son immense bureau, qui malgré ses tapisseries bleutées aux thèmes marins, ne parviennent pas à le faire voyager. Il y a des jours avec, et des jours sans : aujourd'hui est un jour sans mais il faut faire avec. Il se dit que d'ici quelques jours cette déprime subite finirait par disparaître, puis reviendrait plus tard lui assener le cœur. Son bureau lui paraît d'un seul coup bien vide, et il songe un instant à faire monter les enfants pour animer la pièce de leurs rires naïfs, qui semblent lui manquer, mais il préfère leur accorder quelques heures encore à profiter des derniers froids, qui hostiles pour les adultes, donnaient des raisons aux enfants de se prendre pour des supers héros. Devant ses jeux tout particulier, le directeur se surprend à réfléchir à quels étaient les siens, lorsqu'il avait leur âge. Seulement, il n'y parvient pas. Il a beau se creuser la tête de toutes les façons possibles, son enfance ne lui revient que de part des tâches cramoisies, aux rebords écarlates. Il devait se rendre à l'évidence, probablement que s'il aimait tant les enfants, c'est que lui n'avait jamais pu profiter de sa propre enfance, parmi les siens. Quoique les siens, le mot était peut-être un peu fort. Dans le royaume des îles du sud, il n'y avait plus grande familiarité, ni même amour, et il n'était même pas sûr qu'il y en est un jour eu, même une once.

Il va pour quitter la pièce mais c'est là qu'une silhouette y passe subitement. Coté rue, c'est celle d'une fine femme blonde, dont les talons tapotent le sol dallé, qui va pour sonner à la porte de l'orphelinat. Eroz la reconnaît tout de suite, et l'aurait même reconnu de loin. C'est cette pourtant inconnue qui le rejoint comme par magie, qu'il voit passer d'un œil discret lorsqu'il se trouve au parc avec les enfants, c'est cette grande blonde aux yeux si purs qui pose un regard étrange sur lui et les enfants. Rien de méchant, ni d’hostile, mais plutôt une curiosité inédite d'une retenue incroyable, comme non assumée. Les femmes avaient toutes des attirances maternelles pour les enfants, ce n'était pas un mystère, mais c'était comme si dans le regard de cette inconnue, il lisait des interdits bien strictes, qui n'allaient pas avec son visage de poupée. Seulement, le brun ne s'accorde pas le temps de songer, car d'un geste de la main il chasse ses pensées et se rassoit à son bureau, attendant ce grésillement significatif de l'interphone qui lui signalera que la jeune femme monte le voir. Du moins cela sonne plus comme un souhait, parce qu'à vraie dire, cette inconnue pourrait simplement être venue déposer un don de couverture, de nourriture ou de vêtements. Pourtant, aussi surprenant que cela puisse paraître, il s'impatiente.

Et le grésillement lui parvient finalement, comme un soulagement. Il en sursaute presque, et son corps se mouve sans qu'il ait à se motiver, de telles réactions sont bien rares chez lui, dont les membres le font souffrir comme un pantin auquel on aurait rajouté des poids. « Faites la monter, je l'attend. » Il répond à la réceptionniste lorsqu'elle l'informe que la blonde est en route. Il attrape un dossier pour se donner contenance, et éviter de donner l'impression à la jeune femme qu'il passe ses journées à ne rien faire. Non, la gestion de l'orphelinat est une lourde tâche, à laquelle Eroz s'accordait pourtant des pauses, dans sa solitude exténuante. Enfin, il entend quelques coups à sa porte et se racle légèrement la gorge, relevant les yeux vers cette dernière. « Entrez. » Il ordonne d'une voix moins autoritaire qu'elle n'y paraît, et qu'il voit alors apparaître sur le seuil cette jeune femme qu'il n'a jamais vu d'aussi prêt. Il reste ébahi devant une telle beauté. Et pourtant en temps que prince, des jolies figures, il en a vu des centaines. Des fiancées potentielles, des potiches sans cervelles, des laiderons masquées derrière leur maquillage. Mais cette mine là n'a rien à voir, et il la fixe d'abord sans un mot, en se levant de son bureau comme le voudrait la politesse d'un gentleman. « Bonjour mademoiselle. Il s'ose à ce titre, tentant même un petit sourire qu'il ne force même pas. La réceptionniste vient de me prévenir que vous souhaitiez me voir, mais je n'ai pas souvenir que nous ayons rendez-vous. » Il dit en la fixant un instant dans les yeux avant de se reprendre un peu, et de lui désigner une chaise. « Mais je vous en prie, asseyez vous. Il me semble bien que c'est la première fois que nous nous rencontrons : je suis monsieur Eroz-Klaus White, le directeur de cet orphelinat. » Il fait de même, et sa voix grave rempli cette pièce qui baignait dans le silence depuis des heures. « Que puis-je faire pour vous, mademoiselle… Mademoiselle..? » C'est un souhait inexplicable mais vital, que de poser un nom sur cette frimousse dorée.

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
Emrys Flotsam Larsen

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: oublier.
Faites place à la vedette
Emrys Flotsam Larsen
J'ai posé bagages ici le : 27/02/2012 Jouant le rôle de : flotsam, un des sbires de la méchante ursula Nombre de messages : 1986 On me connait sous le pseudo : night sky. Un merci à : night sky. (ava) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : harvey newton haydon
MessageSujet: Re: (erogen) l'attrape-coeurs (erogen) l'attrape-coeurs EmptyMer 6 Mai - 0:45

l'attrape-coeurs
feat. Eroz & Imogen

La réalisation de tes voeux les plus chers se trouvent peut-être là, juste derrière cette porte. Et pourtant, le résonnement que produit ton poing sur le bois lustré réussit à te faire sursauter, surprise toi-même par la fermeté avec laquelle tu as cogné alors que tous les membres de ton corps sont fébriles. Tu voudrais paraître plus certaine de toi, être en mesure d'inspirer un sentiment de confiance. Mais tes doutes sont tellement grands, tes craintes sont si envahissantes... Tu hésites un instant, si court toutefois, l'espace de quelques millisecondes. Mais une voix retentit de l'autre côté, une voix que tu devines tout de suite appartenir au directeur. Tu n'aurais su que c'était lui de l'autre côté que tu l'aurais tout de même deviné. Une voix ténébreuse et douce à la fois qui te transperce jusqu'à tes os en un seul mot, deux syllabes à peine: elle ne peut être qu'à lui. Tu poses ta main sur la poignée et la tourne sans vraiment y penser tout en essayant d'oublier tes angoisses. Et tu entres, le coeur tout au fond de ton estomac.

Malgré sa fonction austère, la pièce semble avoir été aménagée spécialement pour être chalereuse. Elle ne ressemble pas aux bureaux typiques qui sont habituellement sévères et sans couleur. Tu crois même pouvoir entendre les cris joyeux des enfants qui ont dû passer par là. Ils ont laissé leur trace d'une certaine manière, comme des trésors dispersés dans l'air. Tes yeux s'attardent alors sur l'homme derrière le grand bureau. Jamais tu ne l'avais rencontré d'aussi près, cet anonyme croisé généralement d'un coup d'oeil dans le quartier. Tes yeux se mettent alors naturellement à l'examiner plus en profondeur maintenant qu'ils peuvent s'y attarder  plus longtemps. Ils se posent sur sa peau, effleurent ses vêtements parfaitement repassés. Ils se plongent dans ses yeux à lui comme dans un océan infini, tentant de ne pas s'y noyer. Et alors il te sourit, il sourit jusqu'à ton coeur. Tu as toujours eu un faible pour les sourires. Et celui-là, avec ces yeux-là, ils réussissent à te faire fondre en un instant. Tu sais bien que ce n'est pas moral, alors pourquoi laisses-tu ton coeur défoncer les parois de ta poitrine? Il est déjà pris, ce coeur, emprisonné dans les mains d'un autre. Mais tu es comme ça, tu n'y peux rien. Tu tombes amoureuse d'un regard, d'un sourire. Il se lève de son siège pour venir t'accueillir poliment. Et toi tu restes plantée là, tous tes muscles restant timidement immobiles, ses mots déferlant dans ton esprit. « Non en effet, nous n'avions pas rendez-vous. Je suis désolée de venir vous importuner par ma visite. Vous n'étiez pas trop chargé, j'ose espérer? » Tu rejettes un coup d'oeil sur le dossier qui était encore entre ses mains quelques instants plus tôt. Évidemment qu'il était chargé, c'est un directeur après tout. Il a probablement une tonne de papiers à rédiger, de dossiers à classer, de documents à remplir... Tes mains se crispent discrètement entre elles. Peut-être que tu n'aurais pas dû venir.

Tu finis par te mouver et prendre place sur la chaise qu'il désigne pour toi. Lui se présente par le nom que tu connais déjà mais qui sonne étonnamment plus réel sortant de sa propre bouche, comme s'il avait maintenant une raison d'être. Tu réponds par un sourire à la fois timide et sincère. « Que puis-je faire pour vous, mademoiselle… Mademoiselle..? » C'est peut-être sa voix ou ses yeux qui t'invitent, mais tu te rassures peu à peu. Tu es dans la même situation qu'il y a quelques minutes pourtant, et tu n'es pas plus certaine de quoi que ce soit. Mais par une raison inexpliquée, tu arrives à croire que si cet homme que tu as en face de toi prend soin de ton souhait, alors les choses vont pouvoir s'arranger. « Mademoiselle Seward-Doyle, mais vous pouvez m'appeler Imogen. Vous devez vous douter que ma présence ici est dûe à mon désir d'adopter. Mais... » Tu hésites. Il y a tant de choses que tu ne peux révéler pour l'instant... Tu doutes même que lui avoir donné ta réelle identité ait été une bonne initiative. Et si ta venue ici te menait à la catastrophe? Tu n'en sais rien. Un instant tu es confortée et celui d'après tu doutes, confuse. Tu as un pied en avant et l'autre bien ancré derrière, et tu ne sais pas comment avancer. « Mais pour l'instant, je ne veux pas m'avancer dans des démarches trop approfondies, je veux surtout avoir de l'information d'abord. Que va-t-il se passer exactement si vous m'ouvrez un dossier? » Tes mains tremblantes posées sur tes genoux, tu cales ton regard dans le sien, essayant d'y trouver quelques réponses, une source de réconfort. Peut-être que tout va s'arranger, finalement. Peut-être même que tu t'inventes des problèmes là où il n'y en a pas, et que Seth, ce futur enfant et toi serez heureux, au final. Plante ton regard dans celui de cet homme devant toi et peut-être alors pourras tu y croire.  
©️ night sky.


HS:
 


lightning strike
The world was on fire and no one could save me but you.It's strange what desire will make foolish people do.I never dreamed that I'd meet somebody like you
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (erogen) l'attrape-coeurs (erogen) l'attrape-coeurs Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(erogen) l'attrape-coeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-