AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Vide
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Vide
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Vide
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Vide
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Vide
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Vide
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Vide
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Vide
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Vide
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Vide
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Vide
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Vide
 

 La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Velma Ursula Octopée

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Anéantir la famille Tysee.
Faites place à la vedette
Velma Ursula Octopée
J'ai posé bagages ici le : 18/07/2014 Jouant le rôle de : Ursula, ou Vanessa... A vous de choisir laquelle des deux vous fait le plus frissonner. Nombre de messages : 167 On me connait sous le pseudo : Asz. Un merci à : Tumblr ♥ Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Eva Green, la plus sexy de toutes les galaxies.
MessageSujet: La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA EmptyVen 25 Juil - 19:15


Aphria & Velma

₪ La rencontre de deux manipulatrices. ₪

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Tumblr_n2n71j1PQG1qbahz2o7_r1_250 La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Tumblr_mpfzs6UWmA1qdtcexo8_250

« La rue assourdissante autour de moi hurlait. Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse. Une femme passa, d'une main fastueuse soulevant, balançant le feston et l'ourlet. Agile et noble, avec sa jambe de statue. »

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 12456945451027900566Angelo_Gemmi_border_ornament_8.svg.thumb

Sincère imposture. Je possède ce corps et ce visage, comme s'il m'avait appartenu depuis toujours. Quand je vois mon reflet dans ce miroir trop petit, je me souris. Je me souris car je sais pertinemment que je mérite plus de grandeur, plus d'espace pour m'admirer. Ce miroir est trop petit. Ses ornements prennent trop de place. Et je suis la seule et unique à avoir droit à trop de place. Il m'en faudrait un autre. Je conclus cette pensée avec un sourire, puis un soupire. Ce soupire n'est autre que celui de la lassitude, de l'ennui. J'ai arboré chaque pièce de mon gigantesque manoir, j'en ai humée toutes les odeurs différentes et caractéristiques de chaque salle. J'ai admiré de fond en comble les tapisseries jaunis et, pourtant, si authentiques et luxueuses. J'ai fait l'amour sur tout les carrelages et les parquets qui consolident ma demeure et j'ai fait briller chaque meuble, en vain, ceux-ci usés par un temps certain.
Et maintenant ? Que faire, maintenant que j'en ai finis avec ce chez moi où tout est trop vide. Vide, comme moi. Vide, comme mon coeur. Je sais que ce n'est pas en tournant en rond, en courant après les ombres des rideaux, que j'atteindrai mon but ultime de dévastation d'une famille. Celle des sirènes Tysee. Si elles savaient tout ce que je leur prépare. Mais pour cela, je dois attendre et surtout travailler sur ma patience. Qualité que je n'ai guère hérité ni de mon père alcoolique, ni de ma mère sadique. En y réfléchissant bien, je ne connais que trop peu d'endroits de cette ville. Je connais les mauvais coins, ceux qui font peur aux enfants et parfois même aux grands. Je connais les endroits où la débauche est le seul patron des lieux. Je connais les ruelles sordides où la pisse et les ordures prennent toute la place. Mais je ne connais pas, les charmants coins qui me feront frissonner de douleur, tant le bonheur humain me désespère.
Quoi qu'il en soit, il ne m'est guère possible de rester ainsi, à demi-morte dans un lieu déjà bien pourris par la nuit et les enfers. Je décide de dépasser mon territoire, vêtue d'une robe bordeaux tombant au-dessus de mes genoux, aux manches coupaient aux trois quart de mes bras pâles. Mes escarpins rouges carmins blessent le parquet de mon seuil, les graviers de mon allée et, finalement, le bitume de toute une ville. A chaque pas, je prends soin d'enfoncer mes talons pointus dans l'asphalte, prenant plaisir à personnifier la phrase « Tout détruire sur son passage. » Ah, si cela pouvait être réellement réalisable. J'effectue quelques pas, ceux-ci m'éloignant de ma zone de confort où tout m'est familier. Et à présent, je marche dans de grandes rues menant au centre ville. Celui-ci ne m'attend pas, pourtant, je compte bien lui faire part de ma présence.

Westwood Center Way. Un quartier aux allures de ruche. La foule est compacte, bruyante et soudainement je ne suis plus sûre de vraiment vouloir découvrir le monde de ces étranges humains. Les rires, les sourires, les cris de joies. Toutes ces choses qui me parviennent ont des arrières goûts d'amertumes, de fausses sincérités. Et ça, moi, ça me fait sourire. Je jubile en imaginant la bêtise humaine, cette masse de créature qui pensent que le bonheur existe vraiment, que c'est quelque chose de palpable, dont la formule est écrite précisément quelque part, tout comme une formule mathématique. Foutaises ! J'aimerai tous leur faire prendre conscience de l'hypocrisie de ce rêve, ainsi, ils souffriraient tous et de là, ma joie coulerait à flot. Moi, je ne crois pas au bonheur, alors je n'aurai jamais aucune déception. La satisfaction existe, à ne pas confondre avec cette idée infâme d'être heureux.
J'arbore à pas de loup les rues qui se croisent et ses décroisent dans un éternel recommencement. J'ai l'impression que les routes ne se terminent jamais et que les voitures bourdonnent éternellement. C'est à en attraper la migraine. Il me faut me réfugier quelque part où les créations humaines ne sont pas aussi bruyantes. Je fais quelques pas encore et aperçoit une vitrine qui m'inspire aussi rapidement qu'un éclair dans un ciel d'orage. « Modesia. » Qu'est-ce donc ? Avec précaution et méfiance, j'approche mon visage de cette immense plaque de verre transparente, à travers laquelle je découvre un magasin de vêtements assez luxueux. Tout est très clair et tout est d'une brillance impécable. Cela me laisse dubitative et ma moue douteuse s'installe sur mes lèvres. Mon regard, lui, persiste pour trouver la faille dans cet environnement aux allures de perfection. Les vêtements, eux, sont de grande qualité et d'un goût exquis. Qui peut bien avoir pondu un tel endroit, dans cette ville si dégoûtante ? La curiosité m'emporte, après tout, peut-être pourrais-je détruire quelques unes des créations présentent et laisser la responsable en piteux état. C'est donc avec mon masque de marbre que je pousse la porte du magasin.

Un petit son de cloche trop aiguë retentit et je grimace. Ce bruit doit être tout bonnement insupportable à longueur de journée. La vision floutée que j'avais au dehors se précise sous mes yeux d'un bleu opaque. Tout est bien plus scintillant qu'avant et, le bruit de mes escarpins résonnent comme une symphonie au mauvais présage. Cela me plaît, mais je n'arrive pas à comprendre ce que je trouve si attirant ici. Quelque chose me dit que cet endroit n'est qu'un sympathique mensonge et je n'ai que hâte de découvrir si mon impression est réelle. Prudemment, mais d'un air sûr, j'avance vers les rayons d'habits scrupuleusement rangés. Personne n'est là, à part ma parfaite personne. Étrange.
Je remarque une magnifique robe en cuire, celle-ci teinte en un bleu de klein. Ma taille y figure et je me laisse tenter, prenant avec délicatesse le cintre pour sortir le vêtement de cette masse de tissus féminins. Je tends mon bras, afin de l'admirer à une certaine distante. Elle semble parfaite, mais je n'ai pas pour habitude d'acheter mes vêtements dans ce genre de magasin trop luisant à mon goût. Mon esprit occupé par cette robe se laisse soudainement distraire par des bruits de pas, derrière moi. Ceux-ci possède de longues bottes noires au talons aiguisés à souhait. Je ne les ai pas encore vu, mais leur simple intonation me laisse le deviner. D'autant plus que ces pas sont assurés et précis. Qui peut bien venir rivaliser avec ma démarche royale ?



Codage by Bird for all forums ©


And now, sing !

Down on the West Coast, I get this feeling, like it all could happen. That's why I'm leaving you for the music, you for the music. It's true, it's true
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 39670_c34bb
Revenir en haut Aller en bas
Aphria M. Ysley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre pourquoi ce monde est si obnubilé par l'amour.
Faites place à la vedette
Aphria M. Ysley
J'ai posé bagages ici le : 29/01/2014 Jouant le rôle de : Maléfique #teamsleepingbeauty. Nombre de messages : 739 On me connait sous le pseudo : Kikiwette aka Juliette. Un merci à : Vava : @roseadasio & Sign : @bazzart Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Angelina Jolie.
MessageSujet: Re: La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA EmptyMar 29 Juil - 19:32




 La rencontre de deux manipulatrices.

« La mode est la méthode la plus irrésistible et la plus efficace de manipuler de grandes collectivités humaines.  »
Les journées se suivent, mais ne se ressemblent pas. Et aujourd'hui était l'une de ces journées où, tu aurais mieux fait de rester chez toi - sous ta couette. Aujourd'hui, est tout simplement une journée où, tu n'as rien envie de foutre - si ce n'est feuilleter quelques catalogues assise dans ton bureau pendant que tu visionnerais et veillerais à l'aide de tes cinq caméras à ce que chacune de tes vendeuses soient des plus courtoises et productives possible. Aujourd'hui est également une journée où le Modésia est aussi abandonné qu'un vieux manoir hanté. Seules cinq clientes ont fait le déplacement jusqu'à ta boutique - alors qu'à cette heure-ci, c'est à peine si tu peux te concentrer pour lire ton journal du matin. Faut dire que depuis ces derniers temps, tu n'avais plus l'âme et le coeur à être  faussement aimable avec les autres. Et ta mauvaise humeur s'en fessait ressentir sur ton personnel, mais surtout sur tes clientes - qui n'avaient certainement pas apprécié comment tu les avaient rembarré une par une. Il faut dire que tu n'avais pas été tendre - même de main morte en qualifiant certaines de boudins et d'autres d'anorexiques. Tu aurais peut être pu d'abstenir de dire de tels mots, de telles paroles blessantes, mais sur l'instant de la colère - plus rien n'avait d'importance - même pas l'impact qu'aurait ton comportement sur ta notoriété. Même si l'animosité passée, tu regrettais amèrement d'avoir utilisé des propos aussi crus et acerbes à l’encontre de tes clientes. T'excuser aurait été un grand pas, mais ta sale fierté orgueilleuse t'empêche de te rabaisser à une telle bêtise.
Car pour toi, le pardon est fait pour les faibles inférieurs - incapables d'assumer leur erreur. Et tu n'étais pas de ceux-là et tu assumais pleinement ton statut de femme fière et dédaigneuse qui n'avouera jamais ses fautes - même si pour le bien de ton établissement, ça pourrait t'être bénéfique.
C'est sur ce début de journée qui s'annonce bien chiante à souhait que, tu t'allumes une première cigarette - d'une longue série à venir alors que, tu décides sur un coup de tête de quitter ton bureau - cendrier en main pour te mêler à tes employées qui comme elles trouvaient le temps long - commençaient déjà à piailler comme des pies. Tu les rejoint et discute vivement avec elle - lorsque soudain la petite cloche au dessus de la portée entrée du magasin se met à résonner. Aussitôt, les commérages - les bavardages cessent .. une cliente fait son apparition. Tu arques un sourcil - alors que tu écrases ton mégot de cigarette. Cette femme a quelque chose de familier - comme-ci tu te voyais dans un miroir. Tu as l'impression de voir l'un de tes sosies - comme une fausse sœur jumelle. Tu as l'impression qu'elle joue dans la même cœur que toi - sa démarche royale et haute te le fait bien ressentir. Alors que son regard bleu opaque réussirait presque à glacer le sang. Elle possède tout comme toi cette magnificence - cette beauté glacée que personne d'autre ne possède dans le monde et qu'aucune autre femme ne pourrait égaler. Elle et toi, tu le sentais, vous étiez les mêmes à n'en pas douter - et alors qu'elle fouinait dans les étalages à la recherche de la perle rare - tu regardes chacune de tes vendeuses leur lançant un regard effrayant qui voulait bien dire : la première qui s'approche de MA cliente - je la vire illico presto à coup de pied au cul.
Apeurée - et ne voulant pas te mettre en proie à la contrariété - elles abandonnèrent l'idée de te tenir tête et acquiescèrent tout simplement à ton regard. Dans un sourire qui se veut professionnel, tu t'approches de la femme en question - tenant en sa possession une magnifique robe de cuir en bleu de klein.
Derrière elle, tu t'éclaircies un peu la gorge - afin de lui faire comprendre que tu étais là - même si elle avait du entendre le son aiguisé de tes talons aiguilles percuter fièrement le sol en contreplaqué de ta boutique. Et lorsqu'elle se retourne, ton regard émeraude - cherche à rivaliser avec le sien d'un bleu océan et hypnotique. Tu lui souris - restant dans le professionnel - même si tu aimerais plus que ça. Puis regardant un instant la robe, tu prends enfin la parole de ta voix avisé et sûr de toi : ø Bonjour madame ! Je peux vous aider à faire votre choix où bien même, vous proposer une autre robe pouvant mettre en valeur votre si attrayante silhouette. Lui dis-tu d'un sourire en coin signifiant tant de chose lorsqu'on cherche vraiment à comprendre ce qu'il signifie. Sachant que là, tu cherchais juste à la complimenter - tant tu la trouvais magnifique et tant sa prestance et son maintien de corps de fasciné. Toi qui adore t’intéresser aux femmes qui en valent réellement la peine. Et cette cliente là - en vaut réellement la peine.


Les deux sadiques  Umm  La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 4153354820 

CODE BY AMIANTE


Comment est-ce que tu peux penser que tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi-même je me déteste ? Pourquoi t'es là ? Pourquoi tu restes ?
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA BjFY
Revenir en haut Aller en bas
Velma Ursula Octopée

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Anéantir la famille Tysee.
Faites place à la vedette
Velma Ursula Octopée
J'ai posé bagages ici le : 18/07/2014 Jouant le rôle de : Ursula, ou Vanessa... A vous de choisir laquelle des deux vous fait le plus frissonner. Nombre de messages : 167 On me connait sous le pseudo : Asz. Un merci à : Tumblr ♥ Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Eva Green, la plus sexy de toutes les galaxies.
MessageSujet: Re: La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA EmptyMar 12 Aoû - 23:13


Aphria & Velma

₪ La rencontre de deux manipulatrices. ₪

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Tumblr_n2n71j1PQG1qbahz2o7_r1_250 La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Tumblr_mpfzs6UWmA1qdtcexo8_250

« La rue assourdissante autour de moi hurlait. Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse. Une femme passa, d'une main fastueuse soulevant, balançant le feston et l'ourlet. Agile et noble, avec sa jambe de statue. »

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 12456945451027900566Angelo_Gemmi_border_ornament_8.svg.thumb

L'écho des pas derrière ma personne ne me laissent pas indifférente. Au plus ils s'approchent de moi, au plus je me questionne sur la personnalité qui me précède. Et comme chaque misérable individu que je croise, soit je l'anéantis. Soit, je l'ignore. Mais je me sens âme charitable en ce jour gris et je décide donc d'ignorer les bottes longues et noires qui semblent écraser le parquet flottant du magasin. C'est à ma grande surprise que cette même paire de bottes, elle, ne compte pas m'ignorer. Un toussotement plus que forcé résonne dans le magasin lumineux et, sans grande conviction, je me retourne pour faire face à l'inconnue. C'est alors que mon sourcil se arque et que mon regard bleuté longe la silhouette face à moi. Grande, brune, le teint halé, le corps gracieux, la bouche pulpeuse, le regard franc et profond -voire même méchant- ressortent en premier sur cette personnalité qui m'a l'air bien trempée. Je ne dis mot, mes doigts caressant finement la texture du cuire qui me donne un sentiment de douceur perdue.

Si je me demande bien qui est la femme face à moi, je devine directement qu'elle travaille ici, au Modesia, suite à sa question plus que professionnelle. Et je n'ai étrangement aucun doute sur le fait qu'elle en est la patronne. Son air assuré et autoritaire me laisse deviner qu'elle ne fait pas dans la dentelle et c'est ce petit indice sur sa personnalité qui m'aide à lui décrocher un sourire mauvais. « Attrayante, vraiment ? Mh... Voyez-vous ça. Merci pour ce compliment, Madame. Par contre... Ne vous fatiguez pas. Je crois que j'ai trouvé la perle rare. » Douce, mais pointue, telle est ma voix qui s'élève dans cette boutique bien trop aseptisée à mon goût. De ma main libre, je montre la robe en cuire qui m'a tapée dans l’œil, sans pour autant lâché mon interlocutrice du regard. Sourire en coin, je reprend mes paroles, mes iris fixées dans celles, brunes, de la femme face à moi. « D'ailleurs... Où pourrai-je essayer cette magnifique robe, s'il vous plaît ? » D'un, puis de deux pas lents, mais assurés, je m'avance vers la directrice des lieux, laissant une dangereuse proximité s'aventurer entre nos deux corps de prédatrices.

En effet, il ne m'a pas échappé que cette femme m'est sympathique pour une bonne raison. Jamais, au grand jamais, je ne laisserai une telle politesse sortir de ma bouche sans avoir un motif valable. Cette jeune femme au physique ravageur semble faire partie de mon camp. Moi qui me croyait seule en cette ville de bonbon, je suis là d'ailleurs bien étonnée. Il m'était apparut quelque chose de trop étrange dans ce magasin parfait, quelque chose qui clochait. Cette chose, c'était cette créature aux habits foncés, ceux-ci contrastant avec la pureté de son Modesia. Bizarrement, je n'ai aucune envie d'écrabouiller cette personnalité face à moi. Peut-être l'aurai-je fait en d'autres circonstances, en raison de la rivalité qui aurait pu être entre nous. Cependant, j'ai grand besoin d'une alliée, plus que d'une ennemie en ce moment. Et je suis intimement persuadé que cette bouche pulpeuse serait la gardienne de mes plus puissants stratèges. Si elle possède vraiment le tempérament d'une sadique, comme son allure le démontre, alors elle sait autant que moi que déclarer une guerre entre nous serait ridicule. Nous perdrions des plumes toutes deux et ce n'est pas là notre but. Et puis, il faut dire qu'elle est terriblement belle. Belle comme la nuit. Belle comme le diable.



Codage by Bird for all forums ©


Spoiler:
 


And now, sing !

Down on the West Coast, I get this feeling, like it all could happen. That's why I'm leaving you for the music, you for the music. It's true, it's true
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 39670_c34bb
Revenir en haut Aller en bas
Aphria M. Ysley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre pourquoi ce monde est si obnubilé par l'amour.
Faites place à la vedette
Aphria M. Ysley
J'ai posé bagages ici le : 29/01/2014 Jouant le rôle de : Maléfique #teamsleepingbeauty. Nombre de messages : 739 On me connait sous le pseudo : Kikiwette aka Juliette. Un merci à : Vava : @roseadasio & Sign : @bazzart Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Angelina Jolie.
MessageSujet: Re: La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA EmptyMer 27 Aoû - 0:16




 La rencontre de deux manipulatrices.

« La mode est la méthode la plus irrésistible et la plus efficace de manipuler de grandes collectivités humaines.  »
Tu inspectes avec professionnalisme et intérêt la robe en cuir noir que la charmante cliente te présente. Et tu dis, qu'elle a sacrément bon goût - toi même étant une amoureuse conditionnelle des vêtements de cuir, tu ne pouvais qu'approuver son choix. D'ailleurs, sans vouloir te vanter, même si tu aimais flatter ton ego, c'est toi même qui avait créer et confectionner cette magnifique robe de pur cuir que la jeune femme tenait dans sa main droite. D'habitude, tu fessais faire tes créations par tes travailleurs clandestins, mais lorsqu'il s'agissait de manier des textures fragiles coûtant la peau du cul, tu préférais t'en charger toi même. Et puis comme on dit, on est toujours mieux servit que par soit-même. Quoi qu'il en soit, tu lançais un léger sourire à la cliente - qui son regard dans le tien, te questionnas sur l'endroit où elle pourrait essayer sa robe; en d'autre terme, les cabines d'essayages. Si elle avait prit la bonne taille normalement, elle n'avait pas besoin de l'essayer, mais si elle tenait à s'afficher avec ta création dans ton propre magasin, tu n'allais pas t'en plaindre - au contraire. Voir une belle femme autre que Talie où Khadija porter du cuir, t'as toujours émoustillé. Alors, toujours dans un sourire qui se veut professionnel et sympathique, tu décides de prendre la parole.
ø Je vois que Madame à très bon goût. Sans me vanter, c'est moi-même qui ait crée et confectionné cette robe. Et je suis honorée qu'elle puisse être portée par une aussi belle telle que vous. Complimentes-tu la jeune femme avant de reprendre d'un même écho de voix. Vous trouverez les cabines de ce côté près des robes de soirée et de cocktails. Lui indiques-tu d'un geste de la main - alors que la proximité de vos deux corps, te fessais sourire - tout en te donnant tes idées plus que malsaines en tête.
En plus de ça, tu te dis que cette femme pouvait te servir à quelque chose - puis ce que tu avais senti comme elle, avait certainement dû sentir que vous étiez les mêmes. Deux femmes fortes avec un tempérament de feu - à qui on ne tient pas tête bien longtemps s'en y perdre quelques plumes. Rien qu'en te noyant dans la beauté et la nature des ses beaux yeux, tu pouvais voir la même étincelle de sadisme et de cruauté qui flottait dans les tiens. Jamais encore, tu n'avais rencontré de femme comme elle - qui ait ta prestance et ta notoriété. Et juste pour ça, tu avais envie de la connaître davantage, connaître la véritable nature de cette femme aux allures de grande dame bien habillé et coiffé. Car, il était clair, qu'elle était plus qu'une simple cliente venue acheter une simple robe dans un magasin. Elle aussi devait être à la rechercher d'un alter-ego pouvant servir ses intérêts et ses desseins. Et elle pouvait t'aider en échange de servir rendu - eh bien, tu serais prête à l'aider à ton tour. Et même si elle pouvait représenter une menace, tu ne pouvais faire d'elle une ennemie potentielle - tu avais trop besoin d'une alliée comme elle dans ton camp. Tu sais qu'elle peut t'apporter tant de chose - comme toi de ton côté tu peux lui en apporter. Et, tu avais hâte de savoir ce que cette beauté empoissonnée était susceptible de t'apporter comme aide. Et surtout, tu avais hâte qu'elle sorte de cette cabine d'essayage - pour voir ses courbes être sublimées dans cette magnifique robe de cuir.


Les deux sadiques  Umm  La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 4153354820 

CODE BY AMIANTE


HJ:
 


Comment est-ce que tu peux penser que tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi-même je me déteste ? Pourquoi t'es là ? Pourquoi tu restes ?
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA BjFY
Revenir en haut Aller en bas
Velma Ursula Octopée

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Anéantir la famille Tysee.
Faites place à la vedette
Velma Ursula Octopée
J'ai posé bagages ici le : 18/07/2014 Jouant le rôle de : Ursula, ou Vanessa... A vous de choisir laquelle des deux vous fait le plus frissonner. Nombre de messages : 167 On me connait sous le pseudo : Asz. Un merci à : Tumblr ♥ Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Eva Green, la plus sexy de toutes les galaxies.
MessageSujet: Re: La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA EmptySam 30 Aoû - 23:24


Aphria & Velma

₪ La rencontre de deux manipulatrices. ₪

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Tumblr_n2n71j1PQG1qbahz2o7_r1_250 La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Tumblr_mpfzs6UWmA1qdtcexo8_250

« La rue assourdissante autour de moi hurlait. Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse. Une femme passa, d'une main fastueuse soulevant, balançant le feston et l'ourlet. Agile et noble, avec sa jambe de statue. »

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 12456945451027900566Angelo_Gemmi_border_ornament_8.svg.thumb

Au plus les secondes passaient, au plus cette divine impression de me faire une alliée grandissait dans mon fort intérieur. J'aurai pu parler de coeur, car il me semble que beaucoup de personnes dans ce bas monde parle de l'instinct en disant qu'il provient du coeur. Pour ma part, le mien avait foutu le camp depuis longtemps et le seul maître de mon instinct et de mes impressions était mon cerveau. J'avais un contrôle de moi-même indéniable et je savais reconnaître les bonnes et les mauvaises personnes. Cette femme n'avait rien de bon en elle et c'est pour cela que, élégamment, je m'étais avancé de quelques pas vers son corps de déesse. Sa voix chaude et mauvaise m'indiquait l'endroit où je pourrais essayer son oeuvre et, à l'aide d'un sourire en coin, j'avais réduis la distance de nos corps à quelques centimètres, afin de la sonder, savoir si oui ou non elle me fuirait. Et bien, je ressortais surprise de ce test, voyant qu'elle ne baissait pas le regard et que, il me semble, elle insinuait même des choses plutôt prometteuses nous concernant. Je laissais un instant de silence lourd mais intense entre ses paroles et ma réponse, mon regard sondant le sien dans le langage du diable. « Je suis toute aussi honorée, Madame, de savoir que je vais faire glisser sur mon corps un tissu qui a arboré vos mains. Et merci pour l'indication des cabines d'essayages... »
Mes mots étaient lents, articulés au possible et ma voix aussi brûlante que la lave. Je voulais faire chanter en elle les démons les plus profonds afin de savoir une bonne fois pour toute à qui j'avais affaire. Nos regards continuaient de se scruter de la même manière. Intrigués, mais méfiants, tout en séduction. Un cocktail digne des plus mauvaises de ce monde. Un rictus écorcha mon visage et je finis par la dépasser, disparaissant de sa vue vers les cabines d'essayages, lui laissant pour seule compagnie le claquement sournois de mes talons aiguilles.

Il ne me fallut pas bien longtemps pour trouver une cabine libre, puisque le Modesia était quasiment vide. Tirant le rideau des trois murs, j'accrochais ensuite la robe divinement belle au porte manteau. Evidemment, je ne me déshabillais pas dans l'immédiat ; je voulais savoir si la patronne rappliquerait derrière le rideau bordeaux, ou bien si elle se contenterait de m'ignorer à présent. Dans les premières secondes, un silence de mort régnait aux alentours, je jugeais donc que cette femme n'était pas prête de venir guetter le moindre de mes gestes et qu'elle n'avait donc aucun intérêt pour moi. Je ne prête jamais d'attention à ceux qui ne font pas le "premier pas", comme on dit. Après tout, ce n'est quand même pas moi qui vais lui courir après ? Je suis sa cliente, c'est à elle de me montrer sa dévotion sincère. De plus, je devinais qu'elle connaissait mon âme vendue au diable et qu'elle ne doutait pas un instant que nous étions dans le même camp.

Je finis par retirer habilement mon manteau, ainsi que ma robe, me retrouvant presque nu. Seule une lingerie chic, dentelée et noire, habillée mon corps de femme fatale. Je jetais un coup d'oeil dans le miroir allongé, souriant à mon reflet qui était tout ce dont j'avais toujours rêvé lorsque je n'étais rien d'autre qu'une pieuvre. Puis, avec délicatesse, je retirais la création de son cintre avant de la faire longer sur mes courbes généreuses. Et, comme promis, je repensais aux mains sûrement habiles, délicates mais fermes de la gérante qui avait confectionnée cet ouvrage avec une haine des plus excitante. Un sourire prit possession de mon visage et j'eue comme l'impression de trouver cette femme attirante. Soudainement, des pas au loin retentirent et je cessais tout mouvement. Je ne savais même pas encore si la robe m'allait correctement, j'étais bien trop occupée à savoir vers où se dirigée la charmante sadique de ce Modesia.



Codage by Bird for all forums ©


Spoiler:
 


And now, sing !

Down on the West Coast, I get this feeling, like it all could happen. That's why I'm leaving you for the music, you for the music. It's true, it's true
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 39670_c34bb
Revenir en haut Aller en bas
Aphria M. Ysley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre pourquoi ce monde est si obnubilé par l'amour.
Faites place à la vedette
Aphria M. Ysley
J'ai posé bagages ici le : 29/01/2014 Jouant le rôle de : Maléfique #teamsleepingbeauty. Nombre de messages : 739 On me connait sous le pseudo : Kikiwette aka Juliette. Un merci à : Vava : @roseadasio & Sign : @bazzart Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Angelina Jolie.
MessageSujet: Re: La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA EmptyMer 3 Sep - 22:15




 La rencontre de deux manipulatrices.

« La mode est la méthode la plus irrésistible et la plus efficace de manipuler de grandes collectivités humaines.  »
"Je suis toute aussi honorée, Madame, de savoir que je vais faire glisser sur mon corps un tissu qui a arboré vos mains." Ses mots aussi lents et brûlants que la lave elle-même te firent sournoisement frisonner. Cet image de tes mains parcourant avec ardeur son corps de déesse, te fit lentement sourire en coin. Si seulement c'était le cas - tu ne serais pas contre poser tes mains sur ce corps aussi bouillant que devait être le tien en ce moment. Certes tu voyais une multitude de femmes au corps plus avantageux l'un que l'autre passer devant toi, mais peu - même aucune n'a su éveiller ton intérêt - comme cette somptueuse créature venait de le faire à l'instant. Et que ce soit dans ses mots, dans ses gestes où bien même dans ses regards sombres de désir. Tu voyais qu'elle était en tout point différente de toutes les femmes que tu avais pu côtoyer jusqu'à présent. Et ça n'avait rien à voir avec de l’intuition où un quelconque pressentiment de ce genre-ci - non tu le voyais par l'aura malsain et noir que dégageait son regard combattant en duel avec le tien. Si vous n'aviez pas dans l'idée de faire du copinage - vous saviez autant l'une que l'autre que vous seriez des adversaires de taille. Et très franchement avoir une ennemie de sa trempe n'était absolument ton occupation première. Tu avais depuis la fuite de Talie d'autre occupation que de te faire une ennemie pouvant être aussi malveillante, calculatrice et mesquine que toi même. Et même si tu avais plus de faciliter à te faire des ennemis, il faut que, tu es cette femme dans ton camp - histoire d'engendrer de ton côté encore un peu plus de pouvoir. Et lorsqu'elle te dépassa - fessant résonner avec sournoiserie, ses talons aiguilles contre le parquet - tu lui répondais d'un même sourire tiré en coin. Vous n'aviez besoin de mots - pour vous comprendre. Comprendre que vous jouiez dans la même cour toutes les deux.

Et pendant qu'elle se changeait, tu décidais de sortir un instant du magasin pour aller de griller une cigarette. Comme il s'agit l'un de ces jours - plus où calme, tu peux te permettre de sortir fumer une cigarette. Après tout, t'es la patronne - tu fais ce que bon te semble - ce que tu veux .. et puis c'est tout. Quoi qu'il en soit, tu viens coincer le petit rouleau de nicotine entre tes lèvres - que tu allumes finalement en tirant lentement. Comme si il s'agissait de ta dernière pour la vie. Tu sais que cette petite merde va te tuer à petit feu, mais tu n'y peu rien. Elle t'a rendu accro - comme tu as rendu ta poupée accro à la cocaïne. Et tout comme elle, tu te damnerais et donnerais ciel et terre pour pouvoir assouvir ton addiction - éteindre ce désir ardent de sentir cette fumée nocive s'engouffrer au fond de ta gorge. Tu traitais la blondinette de droguée, mais tu devais avouer que tu n'étais guère mieux qu'elle lorsqu'il s'agit d'addiction. Tu les collectionne comme un collectionneur de timbres où de papillons rares. Cependant, tu veilles à ne jamais trop les montrer - car tu sais que ça pourrait te porter à préjudice un jour. Comme ça l'a été à une époque - mais c'est une longue histoire dont tu ne veux plus entendre parler. Tirant jusqu'au filtre - tu finis par jeter ta cigarette dans le caniveau d'en face -avant de rentrer dans la boutique.

Et sans attendre, tu te diriges vers les cabines d'essayage - où la divine créature devait certainement t'attendre avant de pouvoir sortir - pour te montrer, où avoir ton avis sur la robe qu'elle portait. Devant le rideau clos, tu te tiens droite - telle une professionnelle avant de prendre la parole d'un ton plat et posé. ø Tout se passe bien Madame ?! Si vous êtes prête à sortir, je me ferais un plaisir de vous donner mon avis. Avoues-tu avec un léger sourire en coin, t'écartant légèrement pour pouvoir lui laisser de la place face au miroir devant toi. Et attendant avec impatience de voir ce sublime corps dépasser le rideau - pour le voir mouler dans ta création tout de cuir. Pour toi, il n'y a rien de plus séduisant et sexy que le cuir - et lorsque celui-ci était porté par un corps digne des plus belles femmes de magazines de mode, c'était encore mieux.


Les deux sadiques  Umm  La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 4153354820 

CODE BY AMIANTE


Comment est-ce que tu peux penser que tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi-même je me déteste ? Pourquoi t'es là ? Pourquoi tu restes ?
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA BjFY
Revenir en haut Aller en bas
Velma Ursula Octopée

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Anéantir la famille Tysee.
Faites place à la vedette
Velma Ursula Octopée
J'ai posé bagages ici le : 18/07/2014 Jouant le rôle de : Ursula, ou Vanessa... A vous de choisir laquelle des deux vous fait le plus frissonner. Nombre de messages : 167 On me connait sous le pseudo : Asz. Un merci à : Tumblr ♥ Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Eva Green, la plus sexy de toutes les galaxies.
MessageSujet: Re: La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA EmptyMer 3 Sep - 23:07


Aphria & Velma

₪ La rencontre de deux manipulatrices. ₪

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Tumblr_n2n71j1PQG1qbahz2o7_r1_250 La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Tumblr_mpfzs6UWmA1qdtcexo8_250

« La rue assourdissante autour de moi hurlait. Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse. Une femme passa, d'une main fastueuse soulevant, balançant le feston et l'ourlet. Agile et noble, avec sa jambe de statue. »

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 12456945451027900566Angelo_Gemmi_border_ornament_8.svg.thumb

Je m'y attardais, avec patience et impatience à la fois. Je guettais ces pas, cet éclat de douleur que ces bottes en cuir infligées au parquet. Elle était sans doute effrayante pour certains, extrêmement attirante pour moi. Je n'avais jamais eu à faire avec une autre de mon camp, de ma cours de récréation personnelle. Depuis toujours, sur terre ou dans la mer, j'avais été confronté à des personnes bonnes et honnêtes. Aucune ne m'avait jamais fait un seul effet. Ni homme, ni femme. Et voilà qu'une somptueuse créature des ténèbres croisait mon chemin et que, plutôt que de la haïr, j'éprouvais pour elle de la sympathie. Pire même, de l'attirance. N'était-ce pas incroyable ? Moi, la sadique, l'insupportable pieuvre réincarnée, j'étais intriguée par une autre que moi. Et cette intrigue était tenue jusqu'au bout, jusqu'à ce que sa voix résonne dans la pièce couvrant les cabines d'essayage. Elle était là, finalement. Elle était venue à moi, comme je l'espérais. Comme je l'attendais.

Mon sourire léger s'étendu alors jusqu'à mes oreilles et mon regard de glace s'aventura à nouveau vers le miroir. Je m'admirais, la robe m'allait parfaitement, c'était une pure merveille. J'étais fière de penser que j'allai sortir me montrer à cette femme d'autorité, la brossant dans le sens du poil quand elle me verrait dans sa tenue. « Tout se passe à merveilles. » dis-je avec neutralité. Je voulais préserver une sorte de surprise pour quand je sortirais. Je gardais mes iris opaques vrillaient dans le miroir, faisant glisser lentement, presque sensuellement la fermeture éclair sur le côté droit de la robe afin de la fermer. Une fois l'oeuvre me collant parfaitement à la peau, je daignais répondre à mon interlocutrice. « Me voici prête. » Et puis, sans la ménager, j'ouvrais brutalement le rideau, lui faisant face. Mon regard de séductrice s'ancrait directement dans le sien et, attentivement, je cherchais à savoir quel était son avis avant qu'il ne sorte de sa bouche. Mon sourire en coin était figé, prêt à se réduire à néant si son opinion se révélait être négatif. Ce qui, en plus de faire disparaître mon sourire, la ferait perdre une cliente qui serait à partir d'aujourd'hui des plus fidèles.

« Qu'en pensez-vous ? » finis-je par souffler avec une once d'envie dans la voix. J'étais brûlante, je bouillonnais comme un volcan en irruption. Je me sentais belle, sexy, tout ce qu'il y a de plus magnifique dans cette robe et j'espérais qu'elle y voit la même chose. De plus, je ne pouvais m'empêcher de longer son corps de mes prunelles intimidantes, je la déshabillais du regard, espérant qu'elle comprenne à quel point j'avais envie d'elle. J'avais envie d'elle, oui, c'était évident. Elle avait cette silhouette parfaite, mêlée à cette voix torride, ce regard dévastateur et son esprit sadique. Elle était tout ce que j'aimais, tout ce que j'étais. Elle était comme un miroir amélioré, un Moi décliné, une pécheresse que je voulais engloutir aussi rapidement qu'elle m'engloutirait. Au diable mes plans de retrouver les soeurs Tysee pour aujourd'hui ! Je n'avais plus qu'un seul objectif qui résumait ma journée. Obtenir cette femme, qui n'était rien de plus que mon égale.



Codage by Bird for all forums ©


And now, sing !

Down on the West Coast, I get this feeling, like it all could happen. That's why I'm leaving you for the music, you for the music. It's true, it's true
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 39670_c34bb
Revenir en haut Aller en bas
Aphria M. Ysley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre pourquoi ce monde est si obnubilé par l'amour.
Faites place à la vedette
Aphria M. Ysley
J'ai posé bagages ici le : 29/01/2014 Jouant le rôle de : Maléfique #teamsleepingbeauty. Nombre de messages : 739 On me connait sous le pseudo : Kikiwette aka Juliette. Un merci à : Vava : @roseadasio & Sign : @bazzart Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Angelina Jolie.
MessageSujet: Re: La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA EmptyVen 12 Sep - 22:02




 La rencontre de deux manipulatrices.

« La mode est la méthode la plus irrésistible et la plus efficace de manipuler de grandes collectivités humaines. »
Elle était prête à sortir. Prête à te montrer comment ta création la mettait terriblement en valeur. Tu mettais ta main à couper que ta robe - la rendrait encore plus séduisante et sexy qu'elle peut l'être déjà. Et c'est sans te ménager, qu'elle ouvrit avec brutalité le rideau de la cabine d'essayage pour te faire ainsi face. Tu le savais - tu étais intimement convaincue que cette robe lui irait à ravir et c'est exactement ce qui se produit sous tes yeux. Le cuir lui collant parfaitement à la peau - démasquant et formant avec perfectionnant les courbes les plus aguichantes et alléchantes de son avantageux anatomie. Et comme un rapace, tu tournes autour de la femme fatale - pour mieux l'admirer sous toutes les coutures. Ton regard se perd sur ce corps - ressemblant étrangement au tien. Élancée, droit et majestueux - digne corps de femme à poigne et à très fort caractère. Toi et elle, vous étiez faites pour vous entendre - il y a qu'à voir comment vous vous dévorer littéralement des yeux. Si tu n'étais pas sur ton lieu de travail, tu n'aurais pas hésité un instant pour lui sauter dessus. Mais tu devais à très grande peine t'y abstenir. Tu avais ta réputation ici au Modesia - et tu ne voulais en aucun cas l'entacher. N'est en moins, rien ne t'empêchait de la séduire avec avidité et de l'inviter chez toi ce soir. Même boire un verre après la fermeture de la boutique - l'un n'empêche pas l'autre. Mais pour l'instant, tu te contentes d'être professionnelle - et lui sourit. Ravie de voir que ta création la perfectionne encore plus du possible.

Et alors que tu t’apprêtais à donner ton avis. La question tombe. Ce ton sensuel - ce ton d'envie dans la voix, fait battre ton cœur de manière irrégulière. Ton souffle est saccadée. Et c'est pire lorsque ses yeux te déshabille - tu vois et tu sais qu'elle a envie de toi. Comme toi tu as envie d'elle. Mais il faut qu'elle comprenne qu'ici - même en étant la patronne, tu ne pouvais pas te permettre de faire tout et n'importe quoi. Ta réputation avait plus d'importance que quoi que ce soit d'autre. Elle passerait toujours avant ton envie dévorante te parcourir de baisers avides le corps de cette beauté empoissonnée. Un compromis dur à tenir - mais tu étais capable de le faire. Et même si tes pulsions te poussent à briser les règles - briser ta ligne de conduite. Tu parviens toujours à les contrôler, à les dompter. Tu étais encore maîtresse de toi même. Encore heureux. ø Je pense que je n'aurais pas trouvé mieux que vous pour la porter. Vous êtes tout simplement sublime. De plus, elle épouse parfaitement chacune de vos "appétissantes" courbes. Dis-tu en insistant bien sur le mot "appétissante" en finissant par te mordre avec envie la lèvre inférieure. Il faut que tu tiennes le coup - il le faut. Tu la dévisage un instant de tes beaux yeux d'émeraude avant de t'approcher ton visage du sien pour lui susurrer au creux de l'oreille. J'ai bien compris où vous vouliez en venir. Mais nous ne pouvons rien faire ici. Organisons nous un rendez-vous ce soir et je vous promet une soirée dès plus bouillante - que vous n'êtes pas prête d'oublier de sitôt. Souffles- tu d'une voix chaude et enivrante - remplie de belles promesses de plaisir à venir. Relevant ton visage - pour face aux siens. Tes prunelles s'accordant aux siennes.  


Les deux sadiques  Umm  La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 4153354820 

CODE BY AMIANTE


Comment est-ce que tu peux penser que tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi-même je me déteste ? Pourquoi t'es là ? Pourquoi tu restes ?
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA BjFY
Revenir en haut Aller en bas
Velma Ursula Octopée

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Anéantir la famille Tysee.
Faites place à la vedette
Velma Ursula Octopée
J'ai posé bagages ici le : 18/07/2014 Jouant le rôle de : Ursula, ou Vanessa... A vous de choisir laquelle des deux vous fait le plus frissonner. Nombre de messages : 167 On me connait sous le pseudo : Asz. Un merci à : Tumblr ♥ Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Eva Green, la plus sexy de toutes les galaxies.
MessageSujet: Re: La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA EmptyDim 9 Nov - 0:03


Aphria & Velma

₪ La rencontre de deux manipulatrices. ₪

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Tumblr_n2n71j1PQG1qbahz2o7_r1_250 La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Tumblr_mpfzs6UWmA1qdtcexo8_250

« La rue assourdissante autour de moi hurlait. Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse. Une femme passa, d'une main fastueuse soulevant, balançant le feston et l'ourlet. Agile et noble, avec sa jambe de statue. »

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 12456945451027900566Angelo_Gemmi_border_ornament_8.svg.thumb

La question était lâchée. Mais à la seconde où j'avais laissé glisser le rideau sur sa barre métallique, laissant apparaître mon corps sublimé dans cette robe, j'avais découvert le regard éblouis de la brune face à moi. Immobile, mais bouillonnante, je la laissais tourner autour de moi tel un vautour, espérant secrètement qu'elle finisse par me croquer. Alors, je lui clouerai le bec en la dominant à mon tour. J'imaginais déjà les moments extrêmes et charnels que cette situation nous réservait, et je savais déjà pertinemment que nos deux personnalités égales nous donnerait du fil à retordre, pour la simple et bonne raison que nous étions toutes deux des femmes dominatrices. Nous étions de celles qui ne laisse pas le choix. Je déliais lentement mes doigts de mes poings, laissant mes ongles d'un noir intense glisser sur mes hanches, comme pour appeler cette femme, elle qui faisait durer le plaisir.

« Je pense que je n'aurais pas trouvé mieux que vous pour la porter. Vous êtes tout simplement sublime. De plus, elle épouse parfaitement chacune de vos "appétissantes" courbes. » Malgré moi, ces mots puissants de sous-entendus me fît frissonner et je savais alors que si elle devait me voir faiblir ce n'était que par ces poils hérissés de désir sur mes bras pâles. Prête à vivre ce moment, je balançais lentement mon visage en arrière, laissant alors mon cou et son odeur à porter de ses lèvres, alors que les miennes s'entrouvraient légèrement pour lui faire entendre ma respiration déjà saccadée. Je désirais cette femme, tout simplement parce qu'elle était mon égale et que la désirer était comme me désirer moi-même. Et je savais très bien que j'étais désirable. Cela crevait les yeux et mêmes ceux de la patronne du Modesia.

Au bout de quelques minutes à patienter comme un morceau de viande tendre et saignant, je me demandais à quoi jouer la prêtresse devant moi. Allait-elle, oui ou non, finir par me donner ce que j'attendais ? Allait-elle me pousser définitivement dans cette cabine d'essayage et arracher sa propre création pour découvrir la création du diable ; mon corps parfait et impur. Mais rien de cela ne semblait se produire et j'en compris bien vite la raison. « J'ai bien compris où vous vouliez en venir. Mais nous ne pouvons rien faire ici. Organisons nous un rendez-vous ce soir et je vous promet une soirée dès plus bouillante - que vous n'êtes pas prête d'oublier de sitôt. » Cette femme ne perdait pas le Nord, comme on dit. Elle avait peut-être ça de plus que moi, un infime détail évidemment, mais elle semblait être plus raisonnable que moi. Même en pleine affaire d'argent je pourrais me lancer dans ce genre de petits jeux excitants. Mais pas elle. Et même si je me sentais soudainement trahis dans notre immédiate complicité, je pouvais comprendre qu'elle voulait garder devant ses employées cette image de femme fatale, qui ne cède à rien. Pas même à la perfection que je suis.

Je hochais alors la tête, reprenant mon sang froid et calmant directement les ardeurs de mon corps bouillonnant. Je reprenais une posture tout à fait sereine et sérieuse, avant de lui faire face, un rictus gravé sur mes lèvres. « C'est avec grand plaisir que je me joindrais à vous pour cette soirée dite bouillonnante. Il ne me faut que votre adresse et j'y serai à l'heure exacte. A la seconde près... » Je susurrais lentement mes derniers mots, afin de lui laisser l'eau à la bouche et l'envie incontrôlable de me retrouver le soir même. Je m'approchais un peu plus d'elle, à tel point que nos poitrines s'effleurer légèrement. Mon regard crevait le sien et je me délectais de sa respiration. « Et, je prends votre robe. Madame ? » Il était peut-être temps de connaître son nom. Si nous prévoyons de passer une soirée riche en expériences, j'avais au moins besoin de savoir comment l'appeler lorsque je lui donnerai des ordres.



Codage by Bird for all forums ©


And now, sing !

Down on the West Coast, I get this feeling, like it all could happen. That's why I'm leaving you for the music, you for the music. It's true, it's true
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 39670_c34bb
Revenir en haut Aller en bas
Aphria M. Ysley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre pourquoi ce monde est si obnubilé par l'amour.
Faites place à la vedette
Aphria M. Ysley
J'ai posé bagages ici le : 29/01/2014 Jouant le rôle de : Maléfique #teamsleepingbeauty. Nombre de messages : 739 On me connait sous le pseudo : Kikiwette aka Juliette. Un merci à : Vava : @roseadasio & Sign : @bazzart Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Angelina Jolie.
MessageSujet: Re: La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA EmptyJeu 13 Nov - 23:15




 La rencontre de deux manipulatrices.

« La mode est la méthode la plus irrésistible et la plus efficace de manipuler de grandes collectivités humaines. »
Tu aurais pu céder à la tentation et t'enfermer avec elle dans cette cabine d'essayage - mais contrairement à elle et ça tu l'avais bien remarqué, tu étais quelqu'un qui tenait plus que tout à son statut de femme fatale à qui il faut plus que quelques sous-entendus pour la faire flancher. Et puis, tu tiens trop à ta réputation de femme respectable pour oser d'adonner à la première personne venue - magnifique soit-elle. Et si elle tient tant que ça à sentir ton corps contre le sien, il était préférable que vous le fassiez ailleurs que dans ton magasin - où tu souhaitais garder une descendance que tu n'as plus une fois en dehors. Quoi qu'il soit, c'est donc avec grand plaisir qu'elle accepta de se joindre à toi  pour cette soirée que lui promettais "bouillante" à souhait. Et, elle n'allait pas être déçue - tu ne fais guère les choses à moitié quand il s'agit de ton propre plaisir. C'est alors qu'elle se mit à te susurrer ces dernières paroles - qui finirent par un frôlement entre vous deux poitrines.
Tes lèvres s'entre-ouvrent pour laisser passer ta respiration devenue légèrement plus rapide. Elle te fait un sacré effet - et si tu n'aurais pas d'étique - tu n'aurais pas hésité une seconde à la pousser dans cette putain de cabine. Tu te retiens cette bête qui te bouffe - te pousse à franchir la limite. Cette limite que tu aurais franchi si la personne aurait ta poupée où Khadija elle même - mais là c'est différent. C'est une cliente - et même si elle en meurt d'envie et toi aussi - tu ne peux pas laisser tes pulsions passer avant ta notoriété. Tu aurais tout le temps de lui faire payer ce soir. D'ailleurs, tu avais hâte d'y être. Gardant la tête froide, tu calmes pas à pas ta respiration - ton regard plongeant dans le sien aussi glacial, puissant et troublant que peut être le sien. ø Parfait. Je vis au 1130 seventh avenue, (1899) bretzelburg avenue. annonces-tu lentement afin qu'elle puisse prendre entièrement note de ton adresse. Et aussitôt, elle ajoute prendre finalement ta robe.
Tu lui souris. Ravie qu'elle est fait ce choix - voilà une robe qui finira ses futures jours sur des hanches taillées et parfaitement symétriques. Et dans tout ça, tu avais complètement oublié de lui donner ton prénom - d'ailleurs, tu ne savais le sien non plus. C'est pas grave, tu lui demanderais ce soir. Vous auriez tout le temps de discuter une fois chez toi. Tu lui arraches un infime sourire avant de prendre la parole. ø Ysley ... Aphria Ysley. dis-tu d'un ton suave. Si vous voulez bien me suivre en caisse. Lui tournant le dos avec grâce pour te rendre au comptoir - où tu passas la robe de la sulfureuse brune à la machine afin de l'enregistrer au fichier client. Tu lui donnes le prix - avant d’encaisser l'argent dans tu ranges soigneusement dans le tiroir-caisse. Tu l'accompagnes vers la sortie avant de lui susurrer au creux de l'oreille. ø Venez pour vingt-heures et pas une seconde de plus. souffles-tu doucement avant de la laisser filer dehors - où tu la regardes s'éloigner jusqu'à la prochaine ruelle - où elle disparaît totalement de ta vue. D'une n'a plus qu'une obsession être à ce soir -et voir de quoi est véritablement faite cette femme qui t'ai quasi-identique. Oui tu avais hâte d'être à ce soir pour encore plonger ton regard dans le sien pendant que tu feras ployer son corps l'instant d'une soirée qui promettait tout un tas de bonnes surprises.


Les deux sadiques  Umm  La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 4153354820 

CODE BY AMIANTE


Comment est-ce que tu peux penser que tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi-même je me déteste ? Pourquoi t'es là ? Pourquoi tu restes ?
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA BjFY
Revenir en haut Aller en bas
Velma Ursula Octopée

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Anéantir la famille Tysee.
Faites place à la vedette
Velma Ursula Octopée
J'ai posé bagages ici le : 18/07/2014 Jouant le rôle de : Ursula, ou Vanessa... A vous de choisir laquelle des deux vous fait le plus frissonner. Nombre de messages : 167 On me connait sous le pseudo : Asz. Un merci à : Tumblr ♥ Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Eva Green, la plus sexy de toutes les galaxies.
MessageSujet: Re: La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA EmptySam 22 Nov - 22:48


Aphria & Velma

₪ La rencontre de deux manipulatrices. ₪

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Tumblr_n2n71j1PQG1qbahz2o7_r1_250 La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Tumblr_mpfzs6UWmA1qdtcexo8_250

« La rue assourdissante autour de moi hurlait. Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse. Une femme passa, d'une main fastueuse soulevant, balançant le feston et l'ourlet. Agile et noble, avec sa jambe de statue. »

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 12456945451027900566Angelo_Gemmi_border_ornament_8.svg.thumb

J'avais beau insister, user de mon charme intensif, elle ne cédait pas. Elle était plus forte que moi sur ce coup. Elle était peut-être aussi froide que la pierre finalement ? Voilà la seule chose que nous n'avions pas en commun. Elle gardait en elle une certaine pudeur et sécurité pour son éthique. Alors que pour ma part, je me laissais aller à mes désirs et, dans le pire des cas, je me débrouillais pour réparer les dégâts. Mais, je n'avais jamais à réparer les dégâts, étant donné qu'il n'y en avait pas. J'espérais la faire craquer au dernier moment, mais je compris bien vite que ce n'était plus la peine d'insister. Il était maintenant temps de passer au plan B et de me faire désirer. Ma poitrine flirtant légèrement avec la sienne, je gardais mon regard de glace figé dans le sien. Elle m'indiqua avec lenteur et sensualité son adresse, que je notais immédiatement dans ma mémoire irréprochable. Sa voix qui me faisait frissonner susurra ensuite son nom. Aphria, Aphria Ysley. C'était là un prénom qui laissait un goût acide dans la bouche, ce goût que j'aimais tant et que je savourais.

Quelques secondes plus tard, je me tournais lentement pour atteindre la cabine d'essayage et m'y engouffrer une nouvelle fois pour me défaire de sa sublime création et me rhabiller. Je ressortais et lançais un regard froid, mais pleins de sous entendus, à la jeune femme toujours présente face au rideau rouge sang. « Si vous voulez bien me suivre en caisse. » dit-elle avec une neutralité qui ne m'étonnait guère. C'est de ce pas que je la suivis donc avec distance, d'un air languis, jusque la caisse qui se trouvait près de l'entrée du magasin. Des clients s'étaient infiltrés dans les rayons de vêtements pendant que nous étions en plein flirt de l'autre côté du rideau. Je restais donc dans un sérieux impeccable qui laissait penser que mon envie folle s'était évanouit aussi vite qu'elle était née. Au fond de moi, je bouillonnais toujours, évidemment. Mais je me devais de montrer cette distance parfaite qui laisser croire que je ne convoitais pas cette femme. Et puis, même si je la convoitais, ce n'était que pour du sexe et rien d'autre. Même si je devais avouer que sa personnalité en marbre m'intriguait fortement.

Je la regardais encaisser la robe avec un professionnalisme assez intéressant. Je finis par saisir le paquet qui contenait cette délicieuse robe que je me délecterais de porter le soir même. Elle l'avait confectionnée, alors elle se devait de la retirer à un corps aussi parfait que le mien. Je me dirigeais vers la sortie, sans un mot, sentant bien des pas aiguë me suivre. Je posais ma main sur la poignée et une voix murmurante me retenu. « Venez pour vingt-heures et pas une seconde de plus. » Un fin sourire moqueur se dessina alors sur mes lèvres. Cette femme me plaisait peut-être, mais jamais au grand jamais quelqu'un n'avait le droit de me donner un ordre. Je tournais alors lentement mon visage qui vint se poser juste devant celui de la patronne. « Navrée Ysley, mais je n'ai pas pour habitude d'être ponctuelle. » J'écorcha mes lèvres en un léger sourire de satisfaction, tout en lui rendant ce regard d'envie dévastatrice. Et c'est sur ces mots que je poussais la porte du Modesia, m'engouffrant alors dans un froid que je ressentais à peine. Je m'éloignais d'Aphria le sourire aux lèvres, avec l'envie de me retourner pour savoir si elle me regardait partir. Mais je ne faisais jamais le plaisir de montrer à qui que ce soit un intérêt quelconque. Et encore moins à une concurrente aussi sexy que Aphria Ysley.



Codage by Bird for all forums ©


And now, sing !

Down on the West Coast, I get this feeling, like it all could happen. That's why I'm leaving you for the music, you for the music. It's true, it's true
La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA 39670_c34bb
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

La rencontre de deux manipulatrices. ₪ APHRIA ft. VELMA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-